carte blanche de Nadine Rosa-Rosso

Publié le par Mouedden

Mon alliance avec un  "disciple du Hezbollah"

par Nadine Rosa-Rosso

Dans le Journal du Mardi de mars 2009, Manu Abramowicz s’attaque à un thème essentiel sous le titre accrocheur : « Marteau, faucille et croissant ? ». Vu l’importance et la difficulté du sujet, on s’attendrait à une analyse sérieuse des courants politiques qu’il entend combattre. Mais dès qu’on lit les mots « Dyab Abou Jahjah, un disciple du Hezbollah », on peut savoir qu’il ne s’agit en rien d’une analyse politique sérieuse de quoi que ce soit.

Le « poids des mots » prend ici toute son importance : entre Dyab et le Hezbollah, un seul mot : « disciple ». Le disciple, c’est la « personne qui adhère aux doctrines de son maître ». Cette association de mots suggère tout de suite une image, Dyab suspendu aux lèvres de Nasrallah. Et il va de soi que ces deux mots collés au nom de Dyab suffisent à classer le personnage. C’est ainsi qu’on fait chez nous de la politique à propos de questions fondamentales.

Avant de les aborder, rappelons que la campagne de diabolisation de Dyab Abou Jahjah s’est étalée sur cinq ans durant lesquels à peu près tout ce qu’on peut inventer pour casser quelqu’un l’a été : trafic de diamants, consultation de sites pornographiques, incitation à l’émeute, constitution de milice privée… Ces mensonges policiers et médiatiques sont la base d’un dossier judiciaire de 3000 pages que la justice a dû éplucher une à une lors d’un procès, aux frais du contribuable. De ces 3000 pages, il n’est pas resté une lettre. Dyab Abou Jahjah et son co-inculpé, Ahmed Azzouz, ont été acquittés sur toute la ligne. Mais toutes les conditions ont ainsi été créées pour que les positions politiques réelles de Dyab ne soient ni étudiées ni discutées sérieusement. En Flandre, de nombreux intellectuels se sont néanmoins dressés pour aider au rétablissement de la vérité. Mais du côté francophone, à l’exception notable de l’avocat Jean-Marie Dermagne, le silence consentant était plutôt de rigueur. Après l’acquittement, il reste un mensonge à répandre, c’est le mythe d’Abou Jahjah, islamiste fondamentaliste.

Si le marxisme et le libre-examen devaient avoir quelque chose en commun, ce serait de chercher la vérité dans les faits. Un journaliste consciencieux aurait pris la peine de consulter le blog d’Abou Jahjah afin de connaître son positionnement politique exact au sein de la résistance libanaise.

Mais il y a là sans doute un premier hic. Qui s’intéresse vraiment à la résistance libanaise ici en Europe ? Pour tous les peuples qui luttent contre le colonialisme, « néo » ou classique, la résistance libanaise est une source d’inspiration. Pourquoi ?

La première raison, c’est que c’est la première résistance qui a battu Israël sur le terrain et l’a empêché de conquérir un nouveau territoire arabe, à savoir le Liban. Cette résistance est en effet née de la défaite de 1982, quand la si bien nommée invasion israélienne « Paix en Galilée » a permis à l’armée d’occupation de semer la désolation jusque dans la capitale libanaise. Ressuscitée littéralement de ses cendres, la résistance libanaise a mis 18 ans à se reconstituer jusqu’à pouvoir chasser l’occupant du sud du pays et rétablir l’indépendance nationale du Liban. Mais qui se soucie vraiment dans notre « gauche » de l’intégrité territoriale et de l’indépendance nationale d’un pays arabe ? Cette même résistance a pour la deuxième fois infligé une défaite militaire et politique cuisante à l’Etat sioniste lors de la nouvelle invasion de l’été 2006. Depuis la constitution de l’Etat sioniste, ce sont les premières victoires militaires d’une nation arabe contre cette politique constante de colonisation et d’expansion qui ont réduit la nation et les territoires palestiniens à de simples bantoustans. Après les trahisons et les capitulations successives des Etats arabes (et musulmans), la résistance libanaise a mis fin à la succession ininterrompue des victoires sionistes. C’est parce que la résistance libanaise a vaincu l’occupant militairement et politiquement qu’elle est reconnue dans cette immense partie du monde toujours dominée par le « néo »-colonialisme. Mais ici en Europe, on préfère s’indigner sur les « excès » d’Israël, sur ses « réactions disproportionnées » plutôt que de soutenir les seuls qui lui infligent les défaites.

La deuxième raison qui fait de la résistance libanaise une source d’inspiration pour de nombreux peuples, c’est le caractère extraordinairement diversifié et unifié de ses rangs. Au forum de Beyrouth où j’ai fait l’intervention « La gauche et l’appui à la résistance », Angeles Maestro, communiste espagnole, décrivait ainsi les caractéristiques de la résistance libanaise : "Un processus semblable (à celui en Palestine) s’est développé depuis quelques années au Liban, où des avancées électorales, des accords politiques et une collaboration armée se sont cristallisés et ont été mis en évidence de manière nette pendant l'attaque d'Israël à l'été 2006 et sa défaite postérieure. La direction politique et militaire de Hezbollah est indiscutable mais dans le cadre de ce qui est connu comme « Front de la Résistance », coalition qui intègre Amal, le Parti Communiste du Liban (PCL), des mouvements pro-syriens, comme Marada, auquel appartient le député Soleimán Frangié, le Courant Patriotique Libre du général Michel Aoun, majoritaire dans la communauté chrétienne, ainsi que toute une série de forces nationalistes et progressistes, comme le Mouvement du Peuple de Najah Wakim ou la Troisième Force, de l’ancien premier-ministre Selim Hoss."

Le Hezbollah a remplacé le Parti Communiste libanais à la tête de la résistance, c’est un fait. Les militants de gauche, et en particulier les communistes, partout dans le monde, feraient beaucoup mieux de se pencher sur les raisons de leur perte d’influence dans le peuple plutôt que de se lamenter sur la montée des autres forces politiques. Ce qui est indiscutable au Liban, c’est que ce sont les forces qui restent les plus déterminées, intransigeantes et intègres dans la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme, celles qui prennent de la manière la plus résolue en main toutes les questions vitales pour les couches populaires (enseignement, santé, sécurité nationale, etc.) qui gagnent leur confiance. Cette confiance s’est exprimée dans les urnes, tant au Liban qu’en Palestine.

Venons-en maintenant à notre « disciple du Hezbollah ». Naturellement, comme tout citoyen libanais qui se respecte, Dyab Abou Jahjah fait partie de la résistance libanaise et il entretient dans ce cadre des relations militantes avec le Hezbollah. Il n’en est cependant ni membre, ni disciple. Le procédé journalistique de Manu Abramowicz qui consiste à réduire la résistance libanaise aux « disciples du Hezbollah » produit un effet totalement pervers, qui est de nier toutes les autres forces politiques actives dans cette résistance, et en particulier les forces laïques et de gauche qu’il prétend défendre.

Dans toutes ses interventions publiques, Dyab se définit comme un nationaliste arabe et un socialiste anti-impérialiste. Il suffit de lire quelques articles sur http://www.aboujahjah.com/, pour connaître la vision de Dyab Abou Jahjah sur la résistance mondiale et nationale à créer et sur la société à conquérir. « La lutte pour l’émancipation nationale et pour la justice sociale, contre le néo-colonialisme et les valets locaux de la classe dirigeante, est le dénominateur commun qui peut être le début d’une dynamique de mobilisation politique réelle, par les gens du peuple à la base et des segments révolutionnaires de la classe moyenne, indispensables pour construire un projet de société basé sur le socialisme et la démocratie populaire et préservant la fierté nationale et culturelle. C’est l’essence du nasserisme, c’est aussi l’essence de ce que Chavez et Morales prouvent aujourd’hui en Amérique Latine. Le nationalisme et le socialisme dans un esprit de solidarité internationale : ceci est la réponse à l’exploitation et à la terreur globalisée. » (From Nasser to Chavez and Morales).

« Les démocrates nationaux sont pour un monde arabe qui doit renaître, libéré du néo-colonialisme américain et occidental et du racisme (et pour cela aussi du sionisme). Les démocrates nationaux veulent la défaite des Etats-Unis en Irak, du sionisme en Palestine et des régimes arabes partout, mais ils veulent aussi la défaite du salafisme dans sa forme extrémiste (Al qaida) ou dans sa forme modérée et potentiellement oppressive… Seul un nouveau parti national arabe peut mobiliser la majorité silencieuse et lui donner un meilleur choix que celui à faire entre les faux prophètes des Frères musulmans et les pharaons tyranniques. Cette option combine la démocratie, les droits humains et le développement avec la loyauté à notre civilisation et ses valeurs arabo-islamiques. Elle soutient en même temps la résistance dans toutes ses formes, contre l’oppression interne et externe. » (The Arab People between Fake Prophets and Tyrannical Pharos).

Comprendre les divers courants politiques à l’œuvre au Moyen Orient, comme dans d’autres parties du monde, suppose un certain effort intellectuel. Il consiste en premier lieu à appréhender les réalités du monde telles qu’elles se présentent effectivement sur place et non à partir de schémas simplistes, imposés par la lecture occidentale du monde et empoisonnés par le modèle américain du « choc des civilisations ».

C’est sous l’influence de ce modèle qu’a été inventée la nouvelle étiquette à la mode : « l’islamo-gauchisme ». C’est seulement quand on se situe dans la logique du « choc des civilisations » qu’on peut plaquer cette étiquette sur quiconque prend le parti des résistances au colonialisme et à l’impérialisme. Pour ma part, cette étiquette me laisse assez indifférente. Je ne me situe pas dans cette logique. Ce genre d’appellation renvoie plutôt à l’accusation de « judéo-bolchévisme », invention des nazis pour tenter de discréditer les communistes qui donnaient leur vie en cachant des enfants juifs. Si on entend par là l’alliance des communistes avec les plus persécutés, dans un contexte mondial précis, il ne s’agit pas d’une insulte mais d’un compliment.

Comme le rappelle le Journal du Mardi, j’ai effectivement été « l’artisan d’un cartel électoral en 2003 entre le PTB et la Ligue arabe européenne ». Les opposants à mes prises de position sur le foulard ou sur la résistance libanaise et palestinienne reviennent régulièrement sur cet épisode électoral. Il me semble donc utile de rappeler ici les enjeux de cette alliance.

Cette alliance n’était pas un gadget électoral mais bien au contraire le résultat d’une analyse du monde qui me semble toujours d’actualité, sinon plus. Elle peut se résumer en quelques phrases. Les guerres menées par les Etats-Unis et leurs alliés depuis l’implosion du camp socialiste en 1989 (première guerre du Golfe en 1991, Afghanistan en 2001 et deuxième guerre contre l’Irak de 2003) font partie d’une seule et même guerre menée contre tous les peuples de cette terre. Elle prend des formes différentes selon les endroits du monde où elle se mène : agressions militaires, embargos et blocus, étranglement par la dette et les diktats du FMI, dérégulation totale de toutes les formes de protection du droit au travail, à la santé, fermetures massives d’entreprises et licenciements… Mais fondamentalement il s’agit de la même guerre. L’alliance entre le PTB et l’AEL (rejointe à l’époque par pas mal de progressistes en Flandre) n’était d’ailleurs pas la seule de cette fameuse campagne de 2003. Lors des mêmes élections, le PTB s’est désisté dans la région bruxelloise pour y soutenir la liste « Maria », composée majoritairement des ouvriers et employés licenciés par la faillite de la compagnie nationale d’aviation, la SABENA, un cataclysme dans la vie économique et sociale de la Belgique. La perspective était claire : prendre le temps de construire un grand front populaire contre toutes les formes de la guerre impérialiste, unissant les résistances au sein des métropoles occidentales et celles des peuples dans le monde.

Les communistes sont internationalistes ou ils n’ont plus de raison d’être. Et c’est précisément à l’heure où chacun a le mot « mondialisation » à la bouche que nombre d’entre eux se replient sur une conception locale et étroite de l’action et de la pensée militantes. Il s’agit de plaire à « sa » classe ouvrière ou plus précisément à cette partie de la classe ouvrière angoissée par les ravages de la crise qui minent peu à peu tous les acquis sociaux. Les travailleurs d’Opel Anvers, site menacé de fermeture à court terme, se trouveraient aujourd’hui dans un meilleur rapport de forces si le front embryonnaire avait été consolidé, entre les travailleurs licenciés de la SABENA, ceux de Clabecq, les sans-papiers, les jeunes des quartiers, les sans-abri, les altermondialistes, les opposants aux guerres made in USA et les dizaines de milliers de personnes solidaires avec la Palestine. Plutôt que de se retrouver en tête-à-tête avec Kris Peeters, Angela Merkel et la direction américaine de General Motors.

L’abandon de l’internationalisme produit des choses bizarres. J’étais ainsi sidérée d’apprendre il y a peu que, pour obtenir le droit de se présenter aux élections, le PTB n’a plus recueilli ses parrains parmi les électeurs mais bien auprès d’un député de la liste Dedecker, qui ne cache pas son ambition de gouverner un jour avec le Vlaams Belang. L’interview de Peter Mertens dans Knack aurait pourtant dû me préparer à la nouvelle. Le président du PTB nous y apprend comment la gauche « liquide les tabous », selon une expression chère au Journal du Mardi : « La gauche a commis des erreurs. Nous aussi, nous aurions dû mener le débat avec la droite de manière plus soutenue et mieux. Il ne fait pas de doute que le succès de la droite est lié à l’exaspération de beaucoup de gens qui ont vu leurs quartiers se dégrader sérieusement au cours des dernières décennies. Des gens qui ne peuvent pas quitter le quartier parce que leur pension est insuffisante, mais qui ne s’y sentent plus chez eux parce que de nombreux immigrés sont venus y habiter. Nous aussi, au PTB, nous avons sous-estimé cette évolution, et nous portons donc aussi notre part de responsabilité ». Du rejet de la liste Resist à la constatation que les quartiers « se dégradent » avec l’arrivée de « nombreux immigrés » et que « les gens » ne s’y sentent plus chez eux, le pas est franchi dans l’allégresse. Les « gens » (entendez les travailleurs pauvres « de souche ») ne se sentent plus « chez eux » quand ils cohabitent avec les travailleurs pauvres issus du Tiers Monde ou de cette partie de l’Europe qui a conquis en 1989 la liberté d’exploiter.

Je poursuis quant à moi le combat entamé. De mon intervention à Beyrouth, le Journal du Mardi ne publie que l’extrait où je reconnais que mes « convictions politiques sont minoritaires dans la gauche ». J’étais peut-être alors trop pessimiste. Mon intervention, envoyée à une vingtaine de personnes, a fait le tour du monde. Elle a été traduite en néerlandais, anglais, espagnol, italien, arabe, portugais, grec et roumain. J’ai reçu des dizaines de réactions provenant de tous les continents, de l’Inde au Canada, du Sénégal au Venezuela. Elle est répertoriée sur des dizaines de liens Internet. Je ne peux qu’en déduire que ce débat est fondamental et que l’aspiration de nombreux militants dans le monde est de travailler à ce front, quelles que soient les difficultés qui nous attendent.

Nadine Rosa-Rosso

Publié dans actu-infos

Commenter cet article