Dieudonné à BXL

Publié le par Mouedden

Bruxelles, le 27.03.09

Suite à la polémique sur Dieudonné à Bruxelles !

Mon avis sur la question « Dieudonné ! »



 par Mouedden Mohsin,


J’ai eu l’occasion de rencontrer l’humoriste Dieudonné en 2004 à Bruxelles, afin de lui poser quelques questions sur sa façon de travailler au sein du journal « la Dernière Heure » (1).

 

Par la suite et à plusieurs reprises, j’ai soit via mes émissions radios, certains blogs et l’un ou l’autre journal, eu l’occasion d’aller au-delà des simplismes ambiants, faisant de Dieudonné, soit un antisémite acharné ou un chevalier blanc.

 

Depuis 4 ans, les grands médias et la société dominante ont pris fait et cause contre « Dieudonné », le diabolisant à outrance et évacuant ainsi tout débat constructif. Ce n’est pas une façon crédible et intelligente de faire du vrai journalisme, que de surfer sur le politiquement correct en n’invitant pas les lecteurs et citoyens à aller au-delà de nos « affirmations » ou « vérités » réelles ou supposés qui ferait :

 

Qu’un musulman pratiquant est forcément un islamiste !

Qu’un islamiste est forcément un terroriste !

Qu’un altermondialiste est forcément un marxiste !

Qu’un communiste est forcément un stalinien !

Qu’un jeune des quartiers est forcément un peu délinquant !

Qu’une mosquée est forcément un lieu douteux !

Que des militants pro-palestiniens dans une manif sont forcément des barbus !

Que soutenir les filles portant le foulard, c’est forcément enfermer les femmes !

Que l’islam est forcément l’ennemi de la démocratie !

Que le keffieh palestinien est forcément un symbole terroriste !

Que les africains sont forcément inférieurs !

 

Ou encore, chez certains groupes minoritaires :

 

Que les américains sont des criminels !

Que les juifs sont des sionistes !

Que les israéliens sont des colonialistes !

Que les européens sont des pro-Israéliens !

Que les belges sont des racistes !

Que les flamands sont des soutiens au Vlaams Belang !

 

Non chers lecteurs, je ne tomberai pas dans ce piège. Non, ce n’est pas une façon consensuelle de ne déplaire à aucun des parties. Mais une façon de rester rigoureux et de ne pas verser dans le simplisme pour « arranger » telle ou telle cause, telle ou telle communauté. Là aussi, il serait tout aussi pertinent d’analyser ce champ de « communauté », complexe et plurielle.

Les êtres humains (et le monde) sont autrement plus complexe que ces simplismes tant de fois ressassés et qui font qu’aujourd’hui pour être respecté et écouté, il faut soit affirmer que : « Dieudo est un antisémite ! », ou encore pour plaire à certains affirmer que « Dieudo est notre sauveur… ». Non et mille fois non ! 

 

 

 

 

L’acharnement contre Dieudo ? Une réalité !

 

Lorsqu’on présente le « sombre » tableau de Dieudonné, la plupart oublie et évacue des réalités : Par exemple que Dieudonné a été agressé par des sionistes à la Martinique en 2005 ! (2) Nulle trace ou presque d’une agression qui n’a été condamné par quasi personne. Je trouve pour ma part, le silence des anti-Dieudo inacceptable. On ne brutalise pas une personne parce que l’on combat ses idées !

 

On ne trouve également nulle indignation lorsqu’on interdit à l’artiste de présenter ses spectacles, poussant ainsi l’humoriste à plus de radicalité et de provocation pour attirer l’attention sur lui. Les censeurs estiment-ils que c’est une façon démocratique  que d’interdire par autodafé un artiste, fut-il gênant ou méprisant ?

 

L’acharnement que subit Dieudonné est plus qu’intolérable, il démontre combien nos sociétés sont formatées, conditionnés. A la question, force est de constater qu’il y a bien un acharnement anti-Dieudo !

 

L’antisionisme est libérateur. L’antisémitisme est un racisme !

 

Une autre diabolisation est de faire de l’anti-sionisme de l’antisémitisme, pour brouiller le combat pour une Palestine libre. Le journal le « Soir » de ce jeudi 26 mars le fait sciemment. (3) (A défaut de pouvoir s'en prendre aux «sionistes », ce terme qui remplace dorénavant au sein de l'extrême droite le terme «juif»). Pour ma part, cette phrase est gravissime. Le journal le « Soir » devrait s’excuser pour les milliers de morts palestiniens qui ont eu à subir les crimes sionistes ! Un courriel sera adressé à la rédactrice en chef, du Soir. Des amalgames pareils vont dans le sens d’Israël et de ceux qui veulent jeter le trouble dans le juste combat mené par les démocrates pour faire entendre raison à Israël et nos dirigeants européens, majoritairement pro-Israélien (voir la vente d’arme à Israël)

 

Voici ce que Dieudonné répondait sur la question de l’antisémitisme et de l’anti-sionisme (4) :

« Mon père vit toujours au Cameroun, en tant que descendant de colonisé, je ne comprends pas qu’il puisse y avoir encore des territoires occupés et des zones colonisées. Je suis complètement solidaire avec le peuple palestinien qui souffre. La colonisation israëlienne est la pire de toute l’histoire contemporaine. Elle se sert de la souffrance du peuple juif pour masquer des intérêts beaucoup plus noirs. Défendre la Palestine, c’est comme demander de libérer Mandela, c’est seulement de la justice, laisser ce peuple tranquille ».

Comment lui donner objectivement tort ? Comment  dès lors continuer à critiquer Israël et le sionisme, si ce dernier est considéré comme de l’antisémitisme ? Soyons sérieux ! Dire cela ne fait que conforter l’ambiguïté. Le sionisme est une idéologie colonialiste et raciste dans les faits, peut-être de « libération » en théorie. L’histoire  prouve avant tout que c’est un projet colonial. L’antisémitisme est un racisme particulier à l’égard des juifs, même si les arabes sont également des sémites, le terme a une historicité propre (19ème siècle). Nous pouvons remettre cela en question, mais à l’heure ou nous écrivons ces lignes, l’antisémitisme est propre à la communauté juive !

 

Les tabous infranchissables ? Les juifs soutiennent majoritairement Israël !

Mais personne n’ose le dire…publiquement !

 

Notre société n’est pas prête d’entendre certains tabous. Au risque de déplaire, en voici quelques-uns : la majorité écrasante des juifs en Belgique (et en Europe) soutien de manière inconditionnel Israël et sa politique criminelle.
Philippe Markiewicz, ancien président du CCOJB, le Comité de coordination des organisations juives de Belgique
a rappelé hier sur radio matin première « qu’Israël a le droit de vivre en paix », une façon subtile de soutenir l’état colonial. Qui dit qu’Israël ne doit pas vivre en paix ? Il s’agit oui ou non de condamner la politique criminelle d’Israël et là, les juifs globalement à part les religieux anti-sionistes et l’UPJB (qui se retrouve rejeter de la communauté juive à cause de ses positions courageuses) sont ré-so-lu-ment silencieux ! Ce silence est indécent et provoque la nausée.

 

Pire, le nouveau président du CCOJB, Joël Rubenfield, (5) qui préside également le puissant lobby sioniste radical et atlantiste,  n’hésite pas à manifester publiquement son soutien à Israël ! Rappelons que le CCOJB (6) représente une quarantaine d’associations juive de Belgique ! Il est par après, avouons le difficile de ne pas faire l’amalgame : juifs de Belgique ou de France = Israël criminel ! Si le droit majoritairement des juifs est de soutenir Israël. Il est de notre devoir de le dénoncer d’autant plus lorsque ces mêmes juifs, sont dans l’instrumentalisation de la mémoire de la shoah, pour taire les critiques envers Israël. Nous devons également dénoncer la politique d’apartheid et criminelle de ce pays, car ne pas le faire, reviendrait à collaborer avec Tel-Aviv.

 

Polémique dangereuse ?

 

Enfin, à Alger en 2005, Dieudonné a parlé de « pornographie mémorielle » en évoquant « l’exploitation de la Shoah » faite par la France (7). Il n’aurait fait qu’emprunter ce propos outrancier au sein de l’écrivaine israélienne, Idith Zertal (8) dans son ouvrage "Death and the Nation" (La nation est la mort).  Le terme est abject et condamnable (pornographie), néanmoins, lorsqu’on prend la peine d’aller au-delà d’une condamnation stérile, n’existe-t-il pas aujourd’hui, une volonté délibérée de rappeler sans cesse aux européens, le génocide juif ? N’y a-t-il pas une volonté de nos médias et politiques de rappeler dix fois, mille fois, ce génocide ignominieux ?  

Pour ma part, je trouve le fait de rappeler 1000 fois le génocide juif nécessaire. Oui nécessaire, car rappeler un fait qui s’est produit en Europe et qui appartient à notre mémoire collective doit être ressassé afin de ne jamais oublier et de ne plus le revivre, car l’Homme est oublieux.

En même temps, il faudrait accorder une place beaucoup plus importante sur une histoire refoulée et qui a beaucoup de mal à trouver sa place : la traite négrière, la colonisation et la néo-colonisation, notamment ! Et oui, ces débats sont encore trop marginalisés. Nous devons sortir de nos hiérarchisations faciles, même si la shoah produit au cœur de l’Europe, reste un crime particulier, nous ne pouvons accepter de faire silence sur la traite négrière tricontinentale Occidentale … et arabe !

Dieudonné ne dit pas autre chose, il ne fait qu’employer un terme provocateur repris à une historienne (qui s’en défend aujourd’hui) pour faire réagir connaissant la propension des médias à débusquer le « scoop » qui fera vendre du papier !

 

La chasse aux sorcières !

 

Un autre argument qui tendrait à prouver « l’antisémitisme » de Dieudonné serait que ce dernier a eu à subir l’une ou l’autre condamnations pour des propos antisémites en France. Lorsque comme lui vous avez eu à subir plus de 24 procès, qui s’apparente plus qu’à de l’harcèlement, si pas de l’acharnement avec toutes les conséquences financières que vous pouvez imaginer, nulle doute que deux ou trois procès perdus sur 24 s’apparente plutôt à une prouesse. Si ce mec était vraiment un antisémite et un négationniste,  « ses amis » n’auraient pas eu besoin de lui intenter une vingtaine de procès !

 

Alors Dieudonné est-il un provocateur ? Oui, car il utilise un humour corrosif, disons le clairement parfois, malsain et dérangeant. Ce mercredi 25 mars, avant le journal d’RTL, un humoriste belge disait préférer plutôt l’humour de Gad El Maleh. Certes, Gad est pour ma part un humoriste talentueux, mais il ne s’inscrit nullement dans la lignée des Bedos, Coluche ou Desproges qui tenaient des propos et avaient des sketchs très osés pour ne pas dire plus. Chacun son type d’humour.

 

MRAX – Dieudonné

 

Enfin, j’estime pour ma part, que les pratiques du bourgmestre PS de Saint-Josse, voulant interdire le spectacle pour cause « d’insécurité » sont risibles et démontre combien, en même temps, nous pouvons soutenir ce que certains estiment être des négationnistes du génocide arménien pour des raisons purement électoralistes et en même temps vouloir interdire un spectacle. Aussi risible, le fait de vouloir faire payer l’ardoise (25.000 euros) sécuritaire à Dieudonné et au théâtre. J’ai rarement vu plus stupide. A quelques semaines des élections, il serait temps que certains mandataires politiques retrouvent la raison.

 

La bonne tenue du spectacle a rassuré les nombreux sceptiques. Néanmoins, le « guet-apens » idiot et dangereux tendu au président du MRAX est malsain.

 

Il est indigne de la part d’un chercheur de l'ULB d’avoir à ce point voulu instrumentaliser des querelles internes à l’organisation, en se servant de Dieudonné pour publiquement « descendre », le président du MRAX. Je pense que se servir de l’humoriste pour régler des comptes est pour ma part mesquin, condamnable et déshonorant. Cela démontre à l’évidence que ce monsieur n’a rien compris du combat anti-raciste.

 

Ce combat mérite mieux que cet égo outrancier qui s’est exprimé en tant que «chercheur en économie de la discrimination à l'ULB » évoqué dans le Soir (9) et qui pendant un court moment a du, saliver de plaisir. Triste spectacle !

 

Je considère que le président du MRAX a bien agit, non parce que j’y suis membre et donc me doit de le défendre (c’est très mal me connaître), mais parce que l’objet social et le devoir d’une telle organisation est de débusquer tout propos raciste et antisémite. Aucun citoyen n’est au-dessus des lois au sein de notre pays.

 

Ainsi, le président du MRAX devant l’hystérie collective anti-Dieudo des médias en général et le soutien inconditionnel des uns à Dieudonné, a voulu faire les choses de manière responsable et rigoureuse en étant présent lors du spectacle. Il aurait été plus facile d’aboyer avec les censeurs en rédigeant un autodafé ou d’éviter le sujet par stratégie à l’égard de certains qui n’ont pas compris que le combat anti-raciste, n’est pas un jeu !

 

Le président du MRAX, à la sortie du spectacle estimait qu’il n’y avait pas d’antisémitisme ni de négationnisme de la part de l’artiste. Ces 3 interviews de la matinée (mercredi) allaient dans le même sens : « arrêtons de diaboliser Dieudonné », et sur certaines questions, notamment la traite négrière et la colonisation, Dieudonné dit-il amène des débats nécessaires. « Jugeons sur pièce ! ». Mais si Dieudonné devait avoir des propos antisémite, le MRAX n’hésitera pas et prendra ses responsabilités ! Je suis d’accord avec cette posture responsable. Pas vous ? Cela vous choque ? Et bien, c’est que vous n’avez peut-être pas compris en quoi consistait le combat anti-raciste.

 

Dieudonné – Faurison ! Même combat ?

France 2 – Le Pen ! Même combat ?

Allons donc…

 

Dieudonné n’est pas Martin Luther King. Mais en même temps, Dieudonné ne peut être considéré comme un antisémite ou un négationniste parce qu’il aurait donné la parole à Faurisson, il s’en explique dans le Soir du 25 mars. Car sinon, TF1, France2 et les chaînes belges flamandes seraient à ne point en douter, des médias d’extrême droite, puisque depuis des années, ils donnent parfois avec une rare complaisance, la parole à le Pen et à De Winter. Là encore, soyons sérieux.

 

L’ex président de la Ligue des Droits de l’Homme, ajoute : « Si la démarche de Dieudonné est une démarche d’art contemporain, alors oui, en fait il a réussi, dans la mesure où la démarche d’art contemporain est par essence incomprise ».

 

Liberté et liberticide.

 

J’estime qu’il faut prendre en compte la sensibilité extrême des communautés qui ont vécus des moments extrêmement douloureux, mais je n’accepte pas les censures et les autodafés à géométrie variable.

Pour ma part, je me mets toujours à la place des communautés blessés (les handicapés, les juifs, les tziganes, musulmanes, homosexuelles,…) pour comprendre les blessures subies. Et oui, il y aurait de quoi être choqué et heurté si mon grand-père avait été exterminé à Auschwitz en voyant 60 ans plus tard, un humoriste faire monter pendant son spectacle en France, un négationniste qui nie les camps ! Et oui, j’aurai été fameusement dérangé de voir la chaîne flamande ou française donner la parole à ceux qui portent une haine tenace à ma communauté et n’attende que d’être au pouvoir pour nous criminaliser plus encore. Et oui, j’aurai été choqué de voir un état colonial qui s’arroge et instrumentalise mon histoire afin de taire les critiques sur sa politique dantesque envers les palestiniens !

Mais Dieudonné l’a répété à plusieurs reprises tant sur Le Pen qu’il a combattu à Dreux en 1998, que sur Faurison, l’objectif premier était de créer un séisme médiatique et c’est réussit ! Devons-nous déplorer cette stratégie de Dieudonné ? Pour ma part, oui. Mais encore une fois, comprenons bien qu’il y a un contexte de diabolisation unique depuis 20 ans sur un citoyen, tout en rappelant que ce dernier n’a jamais soutenu les idées nauséabondes d’un Le Pen ou d’un Faurison !

 

Plus fondamentalement et plus que le cas « Dieudonné », c’est le débat central sur : Quelles sociétés voulons-nous aujourd’hui et demain ? Une société ou l’on pourra dire tout et son contraire en estimant que c’est de l’ordre de la liberté d’expression ou une société cadrée par des lois ou encore liberticide ?  Nous ne ferons pas l’impasse de ce débat. 

 

Pour toutes ces raisons, j’estime que Dieudonné n’est pas le problème, mais remue profondément en nous, nos contradictions, nos paradoxes, nos lâchetés, nos compromissions, nos vérités à géométrie variables, nos peurs et craintes, d’un avenir encore plus incertain.

 

Nous ne pourrons résoudre ce problème en le laissant aux seules mains de quelques minorités dominantes structurées qui jouent sur nos divisions.

 

La société et également le prolétariat, les exclus et les personnes originaires du sud doivent pouvoir participer démocratiquement, à un débat fondamental : Quelles sociétés voulons-nous aujourd’hui ? Quelles sont nos libertés et si oui ou non, doit-il y avoir des limites ? Sommes-nous d’accord avec la marche économique, politique, médiatique de notre société et du monde ? Qu’allons-nous faire ? On le voit le dossier Dieudonné n’est pas inintéressant, dangereux ou à évacuer, car le personnage serait « sulfureux » et « nuisible ». Ayons le courage de lancer un véritable débat pour le bien de notre culture démocratique.

 

Car depuis une décennie, nous sommes tous fatigués de faire face à une oligarchie structurée, qu’elle soit politique, médiatique, économique ou communautaire qui fait que toutes voix discordantes se voient automatiquement marginalisées et rejetées.

De José Bové à Tariq Ramadan et d’Edgar Morin au député britannique Galloway.

 

Stop aux diabolisations. Oui à une véritable réflexion, nécessaire et salutaire, car ne sommes nous avant nos particularismes, des Hommes ?   

 

Mouedden Mohsin

 

Note :

 

1) http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=330107

2) http://lesogres.org/article.php3?id_article=175

3) http://www.lesoir.be/actualite/belgique/dieudonne-et-les-pygmees-2009-03-26-697896.shtml

4) http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=2740

5) www.atlantis.org - http://www.atlantis.org/whoswho/rubinfeld/

6) http://www.ccojb.be/

7) vidéo de Dieudo à Alger : http://www.dailymotion.com/video/x33bup_dieudonne-pornographie-memorielle-s_news

8) http://www.argent.fr/marcsaintupery.htm (voir en fin de page !)

9) http://www.lesoir.be/actualite/belgique/dieudonne-et-les-pygmees-2009-03-26-697896.shtml

 

 

Publié dans actu-infos

Commenter cet article