Durban II : Analyse

Publié le par Mouedden

DURBAN : la mauvaise conscience de l’Occident !

 

 

Nous venons d’assister récemment à Genève dans le cadre de Durban II sur la lutte contre le racisme et les discriminations en la présence de la majorité des nations du monde (malgré le boycott des Etats-Unis, d’Israël, du Canada, de l’Australie, des Pays-Bas, …) à un psycho-drame suite à l’intervention du président iranien Ahmadinejad.

 

A écouter nos médias et les médias français qui pour la plupart ne sont plus que les relais de l’état major israélien. A entendre l’Ambassadeur de France, le président iranien Ahmanijedad aurait franchi la ligne rouge.

 

J’ai écouté le speech « polémique » du président iranien à Genève et je dois vous avouer non seulement que ce discours n’est en rien antisémite ou négationniste, mais qu’en plus il est juste, posé, et interpelle grandement l’Occident sur la crise économique, la guerre en Afghanistan, et les deux grandes guerres du 20ème siècle.

 

Pour l’Occident, nous pouvons critiquer toutes les thématiques imaginables, sauf les crimes israéliens. Cela devenait-il si insupportable ? L’Europe risquait-elle de voir les contrats d’armement avec Israël lui filer entre les doigts ? La France, fidèle à son alliance avec Tel Aviv préféra prendre la poudre d’escampette. Un Ministre israélien n’a pas hésité, lors de la commémoration de la Shoah à Auchwitz à comparer l’Iran à l’Allemagne nazi et le président iranien à Hitler ! Fichtre. Si Hitler devait ressemblait au président iranien, il ne devait pas être si « terrible »…

 

Plus sérieusement, je dis à mes amis juifs, car Israël prétend les représenter, que le premier vecteur de l’antisémitisme est Israël, et qu’Israël, se permet cette impunité car il instrumentalise votre histoire : la shoah. Qui est également notre histoire ! Car cette comparaison tellement grossière entre Ahmadinejad et Hitler, ne fait que donner du grain à moudre aux vrais antisémites et négationnistes qui pourront expliquer combien les chiffres ont été exagérés ou plus grave que les camps d’extermination n’ont jamais existé !

 

Car voyez-vous, qu’Israël s’accapare la mémoire de la shoah, en soi, c’est déjà indécent, qu’en plus il puisse se permette de parler au nom des 20 millions de juifs à travers le monde, c’est plus que limite, mais que ce pays fasse de telle comparaison entre 33 et 40 ou la seconde guerre mondiale et l’Iran d’aujourd’hui est de l’ordre de la bêtise profonde, car ce propos banalise le génocide juif !

 

Si en plus, critiquer la politique criminelle de ce pays vous fait passer pour un antisémite, cela s’inscrit dès lors dans une logique de terreur intellectuelle qui finit par paralyser et anesthésier nos partis politiques, les intellectuels et une grande partie des médias.

 

Durban II comme le premier a démontré ceci : Une fracture sévère voit le jour entre le double discours d’un monde Occidental qui vit encore sur le passé et le reste du monde : de l’Amérique latine, à l’Afrique en passant par les pays émergeants, qui écrasés par le poids d’une histoire lourde tentent de faire entendre une autre voix.  Il se pourrait dans les années futures que la voix du Sud soit la voix de l’Universalisme…car l’Universalisme européen n’a apporté au Sud que famine et spoliation.

 

A côté de cela la personnalité controversée d’Ahmadinejad évacue tout débat raisonnable. Ainsi, ceux qui nous parlent de rationalité et d’objectivité, en sont totalement dépourvus, lorsqu’on évoque les pratiques de Tel Aviv ! Il faut lire la prose nauséabonde d’un journaliste du Soir qui comparait le président iranien à un psychopathe et à un malade mental. On a rien lu de tel, lorsque Sieur Georges Bush avec l’appui de l’Occident privait de nourriture un million d’Irakien mort par un embargo inique sur 10 ans. Ou sur Abou Graïb. Les kidnappings au cœur de l’Europe. Rien non plus en ce qui concerne les crimes israéliens au Liban et sur Gaza. Elle est bien belle cette vision des Droits de l’Homme à géométrie variable.

 

Comprenez bien, je n’ai aucune sympathie pour le président Iranien, néanmoins, je suis abasourdi par la lecture totalement irrationnelle et dans ce cas précis, réellement pathologique de certains journalistes. C’est disons le, un journalisme de caniveau !  

 

Maintenant fallait-il évoquer à Genève la colonisation israélienne ? Bien évidemment, car cela démontre combien la logique Occidentale n’a pas évoluée depuis 300 ans. Logique coloniale, aujourd’hui néo-coloniale qui fait d’un état colon, un ami à protéger contre les colonisés. Cela perdure. Nous ne voyons en l’autre, que « barbarie » et « sauvagerie ».

 

Impossible de se remettre en question, réaliser un travail introspectif et nous psychanalyser pour comprendre nos actes et surtout pourquoi on nous déteste tant ! Sont-ils tous barbares ? Ont-ils tous torts ? Sommes-nous tous des adeptes du partage et de l’amour ?

 

Il suffit pour s’en rendre compte de lire l’ouvrage de l’écrivain engagé Jean Ziegler : « la haine de l’Occident » qui explique comment aujourd’hui à travers le monde, l’Occident est mal perçu. Bien évidemment l’écrivain subit une campagne de diffamation de la part des sionistes, encore et toujours.

 

Bien sûr et il faut pouvoir le dire clairement, Israël n’a pas l’apanage du racisme, mais la focalisation sur cet état symbolise aujourd’hui, le combat colonial mené par les nations européennes. Ce pays intouchable et à protéger absolument et ce pour évacuer une mauvaise conscience traumatisante et à juste titre, mais également et ne rêvons pas pour des enjeux géo-stratégique. Faut-il encore rappeler que l’idéologie sioniste a été considéré comme une idéologie raciste pendant 17 ans (1975-1991) au Nations Unis avant que les Etats-Unis et Israël ne fassent pression pour la retirer des blacks listes !

 

Maintenant force est de constater, qu’Israël à maints égards est plus avancé démocratiquement que la majorité des états arabes, africains et musulmans ! Il n’y a pas photo. Ceux qui pensent qu’Israël n’est pas une démocratie se trompent lourdement. La démocratie n’est pas un monde parfait, elle est en constante évolution…Pour développer le sujet, il faudrait un chapitre, néanmoins, clairement pour ma part, c’est une démocratie, certes mauvaise, coloniale et criminelle, mais une démocratie. C’’est comme à l’époque ou la France occupait l’Algérie et le Maroc au 20ème siècle. Bien sûr, une vraie démocratie doit respecter des valeurs, des normes, la déclaration Universelle des Droits de l’Homme. C’est également pour cette raison que l’accusation du génocide palestinien n’a pas de sens. A mon sens, il y a eu des crimes de guerre à coup sûr, des crimes contre l’Humanité, certainement sur les 60 ans d’occupation. Aux experts internationaux de travailler sur le sujet.

 

Pour rester juste et ne pas verser dans la passion et une vision binaire totalement obsolète, il faut également évoquer le racisme qui a cours dans les pays émergeants et en voie de développement. Il ne faut pas à mon avis, avoir une attitude binaire ou les ex colonisés n’aurait rien à se reprocher en faisant en sorte d’évacuer les souffrances et les racismes actuels sur un passé lourd, certes, mais qui ne doit aucunement servir d’excuse…Ainsi, la question des discriminations, la place de la femme, de toutes les minorités et des libertés doit pouvoir se débattre sans pour autant évoquer l’Occident ou l’instrumentalisation Occidentale. Ne pas le faire, reviendrait à faire le jeu des dictatures, elles même soutenues par l’Occident. Encore lui ? Malheureusement.  On pense à la grande "démocratie" Saoudienne soutenue par la France, notre pays et l’Amérique…Comprenne qui pourra. Enfin, nous ne sommes pas totalement sots. Nous avons compris : l’économie avant tout avec un gouvernement féodal à la solde des compagnies pétrolières.

 

La conférence bien évidemment n’a pas tourné que sur Israël. D’ailleurs le président Iranien n’évoqua ce pays qu’une minute sur un discours qui en comptabilise une douzaine…

 

En conclusion, le cirque de Genève a révélé trois choses, certes que nous savions mais qui se confirme plus encore aujourd’hui :

 

1) l’Occident protége et protégera jusqu’à l’indécence son ami israélien et aura du mal à s’amender au niveau de ces crimes coloniaux et de son passé chargé tout en ne remettant pas en cause sa responsabilité actuelle dans la folle marche qu’elle fait subir au monde. Consternant !

 

2) les pays du Sud devront s’atteler à construire des nations démocratiques ou les libertés individuelles et les droits de l’Homme pourraient effectivement voir le jour. Car le  bilan actuel est assez consternant.

 

3) Durban II a enfanté un texte globalement allant dans le sens de l’Occident et de la juste mesure. L’Iran n’a pas su imposer sa vision.

 

 

 

Mouedden Mohsin

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ines 26/04/2009 13:11

vous écrivez: "Ceux qui pensent qu’Israël n’est pas une démocratie se trompent lourdement. "

Je crois qu'Israël est une démocratie pour ses citoyens juifs seulement.