Le bon, la brute et le truand !

Publié le par Mouedden

21 mai 2009

 

 



 
« Le bon, la brute et le truand »

Par Mouedden Mohsin

 

http://www.youtube.com/watch?v=H-nwqUig_v4&feature=related

 

Les présidents du Venezuela et de l’Iran, Hugo Chavez et Mahmoud Ahmadinejad ainsi que  l’humoriste (et politique) français, Dieudonné sont actuellement en Occident, les trois personnages, jugés comme les plus sulfureux, ou terme à la mode depuis cette campagne électorale, les plus infréquentables. Nous allons essayer de comprendre ce que l’on nous présente comme, « l’axe du mal ».

 

Hugo Chavez, un populiste démagogue et dangereux ?

 

Le Président du Venezuela démocratiquement élu à trois reprises est arrivé à révolutionner la politique nationale (et osons le, internationale), notamment en nationalisant les richesses du pays détenue par l’oligarchie droitière pro Bush qui pillaient le pays, tout en laissant une écrasante majorité de la population dans une pauvreté indécente. L’excellent ouvrage de Michel Collon : « Les 7 pêchés d’Hugo Chavez » démontre de façon magistrale pourquoi ce dernier est honnit par nos politiques, les médias et les intellectuels de notre continent.

 

El Présidente est arrivé tout simplement à faire en sorte que le peuple puisse s’accaparer une partie de l’immense richesse du pays. Des résultats tangibles ont été enregistrés en dix ans (alphabétisation, soin de santé, construction, réforme agraire …), même si beaucoup restent à faire. L’attitude des Etats-Unis et d’une partie de l’Europe n’étonne plus. On préfère tellement l’ultra libéralisme, la privatisation et les richesses détenues par une minorité servile et despotique avec qui nous pouvons traiter et ce au mépris des Droits de l’Homme. L’exemple édifiant des pétromonarchies du golfe est éclairant à ce sujet.

 

L’Amérique Latine dans un passé proche a eu à subir, les foudres de l’Oncle Sam en asservissant le peuple, par la droite extrême (qui recruta des anciens nazis en fuite), avec l’opération Condor (1) qui terrorisera toute résistance du peuple contre l’exploitation. Pinochet en est le symbole le plus marquant. Ainsi, des dictateurs devenaient soudainement des bons élèves du libéralisme et de l’Occident.

 

Le «bon», malgré ses excès langagiers est une alternative à la marche du monde actuel, voir pour beaucoup, un modèle pour l’Afrique, l’Asie et…même le monde Occidental. La gauche classique devrait s’en inspirer, elle qui plonge littéralement vers le marché libéral, de Dominique Straus Kahn (FMI) à Pascal Lamy (OMC).

 

Ahmadinejad : son discours de Genève est-il si nauséabond ?

 

Le second, à savoir « la brute », est originaire d’un pays à l’histoire riche ou un temps, les Perses furent les maîtres du monde. De Darius, à la révolution liberticide de Khomeïni, des siècles et un monde de différence. Où se situe, le président Mahmoud Ahmadinejad ?

Le personnage est teigneux et ne mâche pas ses mots avec le risque perpétuel du dérapage.

Cependant, son discours de Genève dans le cadre de la conférence « Durban II » contre le racisme (2) était excellentissime et  a démontré le double langage de l’Occident ou tous (La France en tête), comme un seul homme, décidèrent de quitter la séance pour donner des garanties à Israël et au Etats-Unis. Cette sortie couarde doit nous faire réfléchir sur l’aliénation de nos politiques envers l’atlantisme et Israël. Ce pays, comme l’a rappelé le président Iranien  est bien un état occupant à partir de l’Europe…un pays xénophobe mis en place depuis soixante ans, contre les Palestiniens. Nos démocraties peuvent-elles apporter un argumentaire contradictoire ? Impossible, d’où cette sortie honteuse… Une fuite en avant. Nous ne pouvons que féliciter la « brute » d’avoir à ce point et de façon si magistrale démontré à la face du monde, le triple discours Occidental ou démocratie, liberté d’expression et respect de la vie humaine ne sont que des fumées pour mieux annihiler nos intelligences, ou alors liberté d’expression à géométrie variable.

 

Bien sûr, on a tenté de charger la « mule » au maximum, comme pour Hugo Chavez. Les accusations d’antisémitisme n’ont pas tardés. Le journaliste du Soir, Jurek Kuczkiewicz s’est même senti obligé d’y joindre l’infamie en traitant le Président, de « fou », et de « psychopathe ». Une façon de faire du journalisme qui laisse pantois et qui démontre à suffisance la vision totalement manichéenne de beaucoup de journalistes en Europe qui confonde traitement de l’information honnête et manipulation des citoyens par la diabolisation du sujet. Pour ma part, cette chronique du Soir est une « perle » (3), car elle prouve combien et comment nos médias sont à ce point enchaînés et lobotomisés par une idéologie des plus douteuse.

Cependant, un sérieux bémol. Le président Iranien qui n’est pas le personnage le plus important du pays (l'ayatollah Ali Khamenei est le numéro un du pays, autant le savoir !), devrait réformer, moderniser son pays, en faisant de la démocratie véritable, un objectif majeur. Nous y sommes loin, même si au regard des dictatures arabes soutenus par Washington, l’Iran fait encore figure d’exemple. Cependant, nous ne pouvons nous satisfaire d’une comparaison avec des régimes si féodaux. L’élection présidentielle du 12 juin devrait soit confirmer la « brute » ou proposer un candidat proche du réformiste Mohamed Khatami.

 

Antisioniste ou antisémite, Dieudonné ?

 

Enfin, après, le bon, la brute, voici le troisième larron, le « truand ». Il est régulièrement vilipendé. Autant le dire posément, l’humoriste n’est nullement antisémite, mais est un antisioniste radical. La plupart des journalistes européens, trop influencés historiquement, culturellement et idéologiquement,  font l’impasse sur les crimes Israéliens en parlant d’équidistance, de riposte ou de guerre, tout en diabolisant à n’en plus finir, l’artiste. Puisque les journalistes occultent trop souvent les faits, nous allons les rappeler. Bien évidemment la liste n’est pas exhaustive : agression physique par deux Israéliens à la Martinique en 2005. Un harcèlement judiciaire sans précédent où il a fallu pas moins de 20 procès, (impulsés trop souvent par des pro-Israéliens) vous lisez bien, plus de 20 procès, (fait à ma connaissance unique depuis une vingtaine d’année en France), avant que Dieudonné ne se fasse condamner. A cette cadence là, ne pas se faire condamner était presque un exploit. Interdiction d’exercer son métier via le boycott. Menaces de morts incessantes, intimidations répétées. Censuré et boycotté en tant que comédien et acteur en France. Insultes racistes à foisons et ce pendant 5 ans suite à ce sketch au sein de l’émission chez Fogiel, où il était déguisé en colon orthodoxe juif/Israélien.

 

Sa venue à Bruxelles a créée l’hystérie au sein de la police qui subtilement a exercé des pressions sur les gestionnaires de salles privés pour les dissuader en leur imputant les frais des déploiements de sécurité qui se monte au bas mot à 20.000 euros. Cette façon de faire est dangereuse pour notre démocratie. Ou est cette liberté d’expression tellement défendue comme, lorsque un journal danois proche de l’extrême droite publia la caricature du prophète de l’islam avec à sa tête une bombe. Quel deux poids deux mesures extraordinaire. Une incitation à la haine envers les musulmans ou le prophète est amalgamé à un terroriste et un lynchage médiatique sans précédent avec Dieudonné, car l’artiste a eu le courage de dénoncer l’influence réelle du milieu sioniste en France.

 

A côté de cela, oui Dieudonné a été condamné à plusieurs reprises, mais qui évoque le fait que l’animateur de TF1, Arthur a lui également été condamné suite à ses propos contre le « truand » ? Ou encore Fogiel pour avoir délibérément laisser filer des sms raciste à l’égard de Dieudonné ? Ou encore les dizaines de procès gagnés contre les associations sionistes…

 

Concernant le Parti antisioniste, (4) j’y vois deux problèmes. Le premier est de penser que l’antisionisme puisse à lui seul faire un programme sérieux, même si il est vrai que l’idéologie en question, condamné par les Nations Unis comme étant raciste (vous lisez bien !) de 1974 à 1991 (retiré suite aux pressions USA-Israël) communautarise nos sociétés, diabolise les musulmans et l’islam, censure ceux qui critiquent Israël et impose via sa doctrine et son lobby, un terrorisme intellectuel envers tout politique, intellectuel, médias qui n’adopte pas un profil bas et une franche soumission, tout en s’appropriant et plus grave en instrumentalisant, le génocide juif. Je rappel que le génocide juif, appartient à l’Humanité et ne doit en rien être une appropriation communautariste pour une finalité nauséeuse qui conforterait les crimes impunis d’un Etat. Cependant, mener une campagne sur ce seul thème est largement insuffisant.

 

Le second problème pour ma part est beaucoup plus dérangeant, il a attrait à deux ou trois candidats infréquentables, soit parce que proche de l’extrême droite ou adoptant une posture ambiguë entre l’antisionisme et l’antisémitisme qui sont deux concepts  opposés. En cela, il est regrettable que Dieudonné, aujourd’hui politique et donc sur un autre registre, puisse à ce point se discréditer en s’acoquinant avec des gens au passé trouble et sulfureux. Car point d’alliance avec l’extrême droite ou ses membres, sauf si ces derniers se repentent sincèrement, alors là, le « truand » aura réussit son coup, mais il  y a comme, un grand malaise…A côté de cela, sur la liste, des éléments clairement de gauche, ouverte et démocrate y figure,  la co-fondatrice des Verts, en passant par un rabbin orthodoxe antisioniste ou des militants de la gauche radicale. Il faut également le rappeler pour plus d’objectivité. Pour résumer, le Parti antisioniste est plutôt de gauche radical et indépendant idéologiquement avec une focalisation outrancière sur l’idéologie sioniste, considéré comme une doctrine et/ou une idéologie qui clive nos sociétés et qui poursuit le projet colonial de la vieille Europe, avec une vision « clash des civilisations » très affirmée. 

 

De quoi parlons-nous ?

L’Europe verse dans l’extrême droite en musclant son discours et en adoptant, le vocable de droite « populiste » pour atténuer l’effet désastreux de la montée des néo-fascistes.

En même temps, l’Europe criminalise les mouvements sociaux de gauche, parfois populiste, effectivement, en les cataloguant comme subversif, dangereux et à contrôler via les nouvelles lois anti-terroristes. Nous le constatons quasi partout en Europe, l’extrême droite siège au Parlement, tandis que l’extrême gauche est marginalisé…Cela devrait aider certains à comprendre, pourquoi un tel acharnement envers des citoyens défendant les intérêts des « gueux » et « gavroches », de la Palestine, aux quartiers populaires, surtout lorsqu’on touche à la vache sacrée de l’Occident, Israël !

 

Il faudrait bien évidemment, un ouvrage pour approfondir notre réflexion sur cet « axe du mal », néanmoins, globalement, j’estime que nos politiques qui n’ont pas de leçon de morale à dispenser au reste du monde, se sont totalement discrédités en adoptant comme le disait les Apaches, une langue fourchue, (mentir comme un arracheur de dent), à savoir ne jamais tenir ses promesses, car aujourd’hui au cœur de l’Europe, et de plus en plus, le vocable de l’extrême droite est remplacé par celui de « populiste ». On le constate avec le Danemark, la Suisse, l’Italie, l’Autriche et les Pays-Bas. Plus encore, les intellectuels de gauche en France dont la majorité écrasante défende la politique d’Israël semblent avoir quitté le marxisme pour le Sarkozysme. Le centre de gravité politique et idéologique en Europe, s’est ainsi déplacé clairement au sein d’une droite identitaire, fermé sur elle-même, qui renie parfois son passé colonial, en adoptant un discours franchouillard.

 

Le renforcement de l’atlantisme, la fermeture des frontières, la criminalisation des musulmans qui ont remplacé les juifs dans le rôle du bouc émissaire, (plus encore avec l’arrivée des pays de l’Est), fait peur. Le vrai danger n’est-il pas là ? Car, se braquer sur les excès et les dérapages réels ou supposés du « bon, de la brute et du truand », n’est en réalité qu’une façon de cacher ses propres turpitudes.

 

 

Pendre haut et cours nos acolytes n’est pas une attitude responsable, d’autant plus si ils sont innocents pour la plupart des charges retenues contre eux. Car si les puissants se sentent en danger par nos trois acolytes, globalement, les citoyens ont compris qu’aujourd’hui, la menace principale, ne vient pas des « trois salopards », mais d’Israël et des Etats-Unis. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les résultats d’une vaste enquête Européenne réalisé il y a trois ans et qui choqua à ce point Tel-Aviv, que nos pontes décidèrent de la classer à la verticale…Surprenant ?

 

      Note :

 

1)       L’opération Condor :

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/05/ABRAMOVICI/15179

 

2)       http://www.dailymotion.com/relevance/search/discours+ahmadinejad+durban/video/x91rhb_ahmadinejad-lintegralite-de-son-dis_news

 

3)       http://www.lesoir.be/forum/editos/ahmadinejad-ne-pas-rentrer-2009-04-22-702259.shtml

 

4)       http://www.listeantisioniste.com/

Publié dans actu-infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article