Vers un Olivier...

Publié le par Mouedden

 

 

15.06.09

Vers un Olivier, Olé, Olé…

 

Comme on s’y attendait, Ecolo a décidé de choisir l’Olivier (PS, CDH, Ecolo).


Quelles analyses en tirer ?


D’abord de constater que le parti vert a décidé de choisir une coalition plus proche de ses attentes idéologiques, ensuite qu’il a préféré ne pas s’acoquiner avec un parti libéral jugé trop froid, distant et cassant… pour les citoyens les plus fragiles et parfois étonnement « indulgents » pour les grands fraudeurs.

Que l’on ne s’y trompe pas, le « mariage » de raison entre Ecolo et le PS (avec le CDH) est plus, un mariage forcé qu’une amourette de Saint-Valentin…


Ecolo garde encore une certaine amertume envers son « frère » ombrageux qui depuis les « convergences de gauche », il y a plus de 7 ans a enfoncé les verts dans la panade, avant qu’il ne s’émancipe définitivement des camarades.


De plus, il y avait les affaires incessantes du PS, dit-on monté en épingle (ah bon ?) par certains médias ternissent l’image d’une gauche propre.

Néanmoins, ce qui a pesé, c’est d’abord le score honorable du PS qui arrive à se maintenir alors qu’on lui prédisait le naufrage à la Titanic. Dès que l’axe Liège, Charleroi, Mons s’en tirait plutôt bien, on était en droit d’imaginer un Olivier.


Il y a également la volonté du président du PS, Elio Di Rupo, de réformer (enfin ?) le PS et de mettre fin à des pratiques d’un autre siècle, en acceptant le « cahier de charge » d’Ecolo, par exemple pour le non cumul des mandats etc… Enfin, la crise financière et économique oblige, le PS avec sa base sociologique, mais aussi ses militants syndicaux et associatifs est à même de pouvoir peser dans une crise internationale qui risque de balayer ce qui reste de l’état « providence ». Le CDH qui augmente légèrement son score et qui est le petit frère jumeau du PS ne pouvait qu’y être…Le couple PS – CDH sont désireux de poursuivre l’amourette entamée il y a plus de 5 ans et qui aujourd’hui consolide un couple qui a traversé les crises en faisant face. Un modèle du genre.  


Tandis que le MR se ramasse une triple claque : La première pour s’être montré arrogant et agressif envers un adversaire à genoux et ne pas avoir défendu plus son programme pour un réel changement, là ou la crise frappait. La seconde claque a comme conséquence d’être aujourd’hui rejeté dans l’opposition pour 5 bonnes années, ce qui est énorme !


N’oublions pas que le Mouvement Réformateur s’est farci 5 ans d’opposition, pas toujours visible, en tout cas à la Région Bruxelloise.


Enfin, le MR de Didier Reynders va dans la mauvaise direction. Le président tente de singer son grand ami, Nicolas Sarkozy. Le problème ? Il n’a ni son charisme, ni son intelligence et encore moins son animalité politique. Nicolas Sarkozy avait par exemple compris qu’il fallait apporter de la diversité à son gouvernement avec les Dati, Amara, Yade and Co… Le MR, semble rester un club de blanc « coincé », bourgeois et qui parait méprisant pour les classes populaires. C’est l’image que beaucoup en ont dans les quartiers populaires et pas seulement. La diversité ? Rare. A Bruxelles, seul, une élue, Gisèle Mandaila est passée et encore parce qu’elle figurait en bonne place. C’est anormal. Bruxelles concentre 25% de belges extra européens.


Le PS qui a joué pleinement cette carte a limité les dégâts et a même été récompensé.


Solution pour le MR ? Le président devrait remettre son mandat. On voit mal le Président Reynders poursuivre après l’échec au fédéral d’un gouvernement poussif et ridiculisé à travers le monde et aujourd’hui, cette défaite qui sonne le glas d’un homme qui sous l’ère de son protecteur, feu, Jean Gol a fait du chemin, mais semble arriver au bout.


A sa tête une personnalité comme Charles Michel pourrait prochainement, devenir l’homme fort du MR avec en soutien un Louis Michel qui reste la personnalité la plus appréciée des arabo-musulmans, comme quoi, l’idéologie passe en second plan. Ici beaucoup reconnaissent en big « Loulou » sa formidable faculté à s’investir pour une société libérale, juste, sociale et ouverte…


A l’Olivier de jouer et de mettre en chantier, trois dossiers monstrueux qui font de la Région Bruxelloise, un cancre avec un grand « C » : L’enseignement à triple vitesse qui favorise l’exclusion, la violence et la délinquance, le chômage affolant atteignant dans les quartiers près de 50% avec une politique anti-discrimination pro-active à mettre sur pied au plus vite et le logement avec la rénovation urbaine.


Le dossier « environnement » devra tenir compte de ces trois priorités si il désire réussir. L’espérance n’a jamais été aussi grande, à l’Olivier de marquer de son empreinte cette future législature Bruxelloise qui verra près de 23 députés extra européens dans la majorité. Unique en Europe et en même temps, une responsabilité pour ne pas décevoir une énième fois, un électorat qui a mis en quarantaine l’extrême droite et favorisé les partis jouant la carte de la diversité.


Bien sûr, puisque l'Olivier est également l'un des symboles de la Palestine, on suivra également le dossier « Palestine » avec notamment, les licences des ventes d’armes pour Israël. La Communauté française et la Région devront impulser une politique réellement d'ouverture pour la Palestine sur la plan... politique et non pas humanitaire uniquement. 

En outre, le délicat dossier des libertés religieuses à l’enseignement et à l’emploi (foulard,…) qui floue littéralement, une partie importante de l’électorat de gauche, n'a que trop duré.
Ecolo devra tenir ses engagements, tandis que la présidente Joëlle Milquet semble ouverte sur le sujet, mais devra joindre l'acte à la parole. Seul le PS semble favoriser encore une approche passéïste avec sa branche la plus radicale, même si, reconnaissons le, la politique d'ouverture prônée par Philippe Moureaux semble tout doucement marquer des points dans les esprits de certains...qui devraient s'inspirer de ce qui se fait avec Barack Obama, dans son discours du Caire, qui a marqué !
 

A vous de jouer. A nous de vous y aider.

 

Mouedden Mohsin

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans scrutin 7 juin 2009

Commenter cet article