Que nous dévole l'arrestation de Polanski ?

Publié le par Mouedden

Que nous dévoile l’arrestation du cinéaste Roman Polanski ?

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_Polanski

par Mouedden Mohsin

 

Depuis l’arrestation du célèbre cinéaste franco-polonais, Roman Polanski, nous avons eu droit à un florilège de réactions qui la plupart vont dans le sens d’un soutien inconditionnel.

 

Rappel des faits :

 

En 1977, le jeune Polanski a rendez-vous pour des prises de photos dans une villa au Etats-Unis avec un très jeune mannequin de 13 ans. Cette dernière révèlera qu’elle a été droguée délibérément afin de faciliter l’abus sexuel ou plutôt le viol. Ce dernier ne daignera reconnaître que « la relation sexuelle » sur mineure et fera quelques jours de prison avant d’être libéré sous caution, avant son jugement. Il quittera précipitamment les Etats-Unis estimant qu’il n’aurait eu droit, dans le pays le plus « libre » du monde à un procès « équitable ». Ainsi, depuis 32 ans, Polanski fuit les Etats-Unis et les Etats-Unis demande son extradition afin d’y être jugé. Entre temps, Roman Polanski payera un montant à sa victime et cette dernière, il y a deux ans, lui pardonnera.

 

Un soutien inconditionnel…indécent et hystérique !

 

L’arrestation du cinéaste à Genève la semaine dernière a dévoilé certains comportements troublants. Ainsi, le Ministre de la Culture française, Frédéric Mitterand s’est dit « stupéfiait » et a invoqué un « acharnement » contre celui qui a déjà tant souffert. Il parlait notamment de la Shoah, puisque Polanski a vu une partie de sa famille périr dans les chambres à gaz. Lui-même a vécu dans le ghetto de Cracovie, cependant cette phrase est malheureuse à plus d’un titre, car si nous suivons la logique du Ministre, il suffirait d’avoir connu un drame immonde pour être lavé de tout soupçon et in fine, exempté de rendre des comptes à la justice. De la part d’un Ministre, c’est gravissime, d’autant plus que dans un de ses ouvrages, il parle de ses propres relations sexuelles tarifées qu’il partagea avec des « garçons » en Asie. Le silence et un peu de décence, dans son cas auraient été le minimum.

En outre, le corporatisme d’une élite joue à plein. L’association des cinéastes suisses estime que ce "scandale juridique nuira à la réputation de la Suisse et n’hésite pas à parler de « farce juridique en Amérique ».

La corporation des cinéastes Européens s’est lancée dans une large pétition de soutien, avec notamment Salman Rusdie, Pascal Bruckner, le philosophe, Bernard Henri Lévy qui sur antenne estima : « que cela n’a pas de sens de mettre un homme en prison pour des faits d’il y a 30 ans (en oubliant d’expliquer que le cinéaste est en fuite depuis 30 ans), il venait à Zurich pour recevoir un prix pour son œuvre qui est considérable…un festival du film qui se transforme en traquenard policier qui n’est pas acceptable » Il ajoute : « Roman Polanski est un enchanteur qui a enchanté des générations entières, d’hommes et de femmes, et des enfants…avec des histoires magnifiques… ». Sa victime appréciera ! Nous sommes ici en plein délire, la raison tant rabâchée n’a plus cours…

http://www.dailymotion.com/video/xan0bq_polanski-peutetre-une-erreur-de-jeu_news

 

Tandis que le Ministre, Bernard Kouchner estime qu'il a un "talent reconnu dans le monde entier". Jacques Lang (PS) parle de "grand créateur européen", enfin la nouvelle directrice de l’UNESCO, évoque  "une personnalité intellectuelle mondialement connue" et donc nous comprenons que tous ces « beaux » esprits invoquent soit la célébrité, un passé douloureux (shoah) ou le génie, afin de présenter le cinéaste comme une « victime expiatoire ». Lorsqu’un des nôtres doit rendre des comptes, nos principes s’envolent…

On oublie d’avancer que les Etats-Unis tentent depuis 30 ans de rappeler au coupable et aux nombreux pays « amis » l’hébergeant, via un mandat international, son extradition : Canada, Israël, France, Grande-Bretagne, l’Allemagne…c’était silence radio ! Polanski est un « génie » que l’on n’extrade pas, surtout si il a connu le ghetto de Cracovie et fait partie de « notre » élite ! Tous ces « beaux » esprits sont bien dans la justice de classe, c’est affligeant.  

 

Conclusion :

 

Cette histoire révèle deux choses : que l’on soit riche ou pauvre, connu ou méconnu, faisant partie de la « famille » ou pas, le traitement sera différencié. Seul Daniel Cohn Bendit et le réalisateur Besson prennent leurs distances.

 

Le second constat est d’ordre plutôt politique et dépasse le cinéaste. La pression exercée sur la Suisse par les Etats-Unis depuis deux ans afin que ce pays dévoile les noms des riches (fraudeurs) américains qui ont un compte bien garni dans les banques Suisses a perturbé le pays de « la vache qui ne rit plus »…Si l’arrestation du cinéaste intervient aujourd’hui, c’est également pour donner des gages de bonne conduite à l’Oncle Sam, car la Suisse avait la possibilité de l’arrêter il y a déjà de très nombreuses années, le prévenu se rendait régulièrement en Suisse et y possédait même une habitation.

  

Nous pouvons regretter la violence de la justice américaine, cependant à bien des égards, cette justice est beaucoup plus libre et indépendante que la justice française ou l’interventionnisme politique y est, diffus. A Roman Polanski de nous prouver que ce ne fût pas un viol caractérisé, mais uniquement un égarement coupable sur une mineure de 13 ans…Y a-t-il une différence ? A la justice américaine de trancher, à moins qu’une solution politique ne vienne « sauver » le réalisateur du film « le pianiste »



NB : Lire aussi la dernière carte blanche de la Libre Belgique indécente de soutien au cinéaste !


http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/532728/liberez-roman-polanski-en-attendant-son-proces.html

Publié dans actu-infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article