articles sur la "mort" de Bin Laden...

Publié le par Mouedden

5.05.2011

« Obama - Bin Laden » : La rationalité contre le fantasme

Des eaux aux veaux...

 

par Mouedden Mohsin

mouedden.mohsin@gmail.com

 

Si toutes les télés du monde Occidentale nous vendent le scénario américain, devons-nous pour autant nous laisser embarquer dans une thèse qui jette le trouble en offrant une version fantasmagorique ? On a en Occident toujours, depuis les « Lumières » conforté la raison et balayé le fantasme ou l’émotion. Pourtant, nous avons ici une preuve, une de plus que l’Occident fait de l’émotion son cheval de bataille… (d’autres fantasmes couvés par l’Occident : l’immigré qui prendrait le travail de l’européen, les musulmans qui seraient une cinquième colonne, la France qui auraient des valeurs universelles, juifs riches et complotistes, etc..)

Au moins quatre faits viennent nous rappeler que la raison n’est pas ici l’apanage de Washington.

1)      Une fausse photo publié sur une télé pakistanaise reprise instantanément par toutes les télés du monde sans vérification. En face, pas de démenti, mais plutôt un silence assourdissant de Washington

2)      Une opération menée dans le plus grand secret au sein d’un pays dit « allié », avec des hélicoptères qui survolent tout un territoire, dans le secret du Pakistan et qui vont buter Ben Laden qui se protégerait grâce à sa femme devenu « bouclier humain » (risible). Ce scénario Hollywodien ne tient même pas la route pour tout réalisateur  de petit film d’action…, en outre,  la ville a été soigneusement choisie pour décrédibiliser le Pakistan et son armée, qui depuis l’avènement d’Obama est dans le viseur américain pour « mollesse envers les Talibans » ou « ambiguïtés ».

3)      Le corps jeté à la mer pour respecter le rite d’inhumation islamique (sic !). N’importe quel crétin de Washington sait que c’est une profonde offense faite à un musulman. Ici, nous n’avons pas des ignorants, mais des voyous qui perdus inventent n’importe quoi. Au plus c’est gros, au mieux ça passe, mais ici c’est du lourd, du très lourd. Si on y ajoute, la phrase culte d’Antoine Sfeir, ce franco-libanais des Cahiers de l’Orient qui explique : « Ben Laden sera mangé par les poissons et donc il n’entrera pas au paradis.. ». Au plus c’est monstrueusement énorme au plus ça passe… la/le journaliste français(e) sorti( e) d’une école de journalisme, usine à former des veaux à longueur d’année, n’a bien évidemment aucun argument rationnel à opposer face à tant d’inepties qui font de n’importe quel Bac -6, un expert en islam…

4)      Barack Obama a décidé de ne pas dévoiler les photos de Ben Laden achevé car la photo serait horrible, voilà que les américains font maintenant dans le sentimentalisme après avoir violé, torturé et assassiné des milliers de gens en Irak et en Afghanistan. C’est aussi, une façon de gagner du temps pour trouver un autre subterfuge, car Ben Laden, mort (ou non) restera pour certain, un « héros » ou un martyr, comme hier le "Ché"… Ces précautions dantesques jettent le trouble et conforte la théorie selon laquelle, ceci n’est qu’une opération de communication.

Par conséquent et devant un scénario qui semble tout droit sorti d’une piètre école de cinéma fantastique, la raison ne peut accepter à l’instant, la version américaine. Il y a trop de zones d’ombres, qui ici sont abyssales.

Nous savons en outre, de quoi est capable Washington, passé maître dans l’art du mensonge grossier (voir les armes de destruction massive en Irak, mais aussi le Chili de Pinochet, le Vietnam et tant d'autres perles).

Il y a peu je participai à la conférence du linguiste américain, Noam Chomsky, ce dernier considérait comme un ennemi de la Nation Yankees, estimait qu’Obama était bien pire que Bush, puisque si le second était dangereux, il restait un amateur sur le plan de la communication, tandis que le premier, à savoir Barack, à l’art et la manière de caresser les médias et les journalistes dans le sens du poil, il donne ainsi le sentiment d’être un homme de paix et de dialogue, mais continue l’héritage de Bush avec par exemple rien que sur le Pakistan, une détérioration sensible des relations entre les deux pays (Plusieurs opérations de bombardements ont eu lieu au Pakistan, là ou Bush se serait abstenu). Sans parler de Guantanamo, promesse de le démanteler ou en tout cas d’y mettre fin dès son élection, qui n’est toujours pas à l’ordre du jour.

L’expert en communication Barack Obama, « prix Nobel de la Paix » pour avoir été élu, une première dans l’histoire des Nobilisés me semble t’il, nous a-t’il pondu le plus grand mensonge de l’année ? (Pour la décennie, cela reste sans conteste Bush avec les armes de destruction massive en Irak toujours introuvable à l’heure ou je vous écris), ou alors Mister Président, vous avez des preuves de vos affirmations et dans ce cas là, montrez les nous ! Notre raison, ne demande qu’à les voir, les analyser pour vous … croire.

Pour cela, il faut des preuves, dont le corps que vous auriez jeté aux petits poissons, c’est l’ABC d’une enquête Mister Président !

Car si les journalistes américains et occidentaux ont bien mérité le titre de veaux de la décennie (Excusez-moi, les veaux des champs), soyez sûrs que beaucoup de citoyens à travers le monde, et avec cette énième bourde, ne vont pas porter l’Amérique dans leurs cœurs…et ici, à raison !

 3.05.11

La « mort » de Ben Laden interroge nos intelligences !

 

par Mouedden Mohsin

 

J’ai toujours eu la plus grande prudence sur les théories du complot vendues ici et là par des subtils théoriciens du verbe et de l’image, cependant, force est de constater que nous avons ici, dans la prétendue « mort » d’Oussama Ben Laden, un scénario qui non seulement laisse planer le doute, mais interpelle par son côté résolument amateur pour ne pas dire grossier. Ne parlons même pas de cette photo montage truquée qui a été vendue ou « capturée » par toutes les télés du monde qui loin de vérifier leurs sources, étaient déjà heureuses de publier les premières, le « trophée scoop » attendu depuis une décennie par l’axe du « bien » Bush-Obama & Sarkozy-Séoud & Cameron-Karzaï…

Ainsi, Oussama aurait non seulement été abattu, mais son corps serait à l’heure ou je vous parle à vingt mille lieux sous les mers du côté du golfe d’Oman. Voilà donc l’ennemi public numéro un, des Etats-Unis depuis dix à quinze ans, qui au lieu d’être dévoilé au grand public comme le « Ché » ou d’autres (Saddam Hussein,…) a comme par enchantement fait comme disait un certain Chirac, « Pschiiiit ». Envolé ou plutôt coulé…Cette théorie ne tient absolument pas la route, d’autant plus que l’explication donnée par la suite, à savoir « respecter le rite islamique d’inhumation » n’est pas seulement crétine, mais mériterait aux multiples crétins de Washington et leurs affidés médiatiques d’arrêter de prendre le reste du monde pour des américains (sic !)… Comme pour les avocats les plus cyniques et de mauvaises foi, Washington a une réponse qui de prime abord semble évidente : ne pas permettre aux futurs et pseudos terroristes de rendre un hommage appuyé (ou non) à Ben Laden…Explication tirée par les cheveux…de la barbichette dans ce cas précis.

En outre, pour résolument tuer le « mythe » (si il en était), certains officiels américains (et relayés par les veaux médiatiques), ont lancé l’information comme quoi Ben Laden, aurait utilisé, sa femme ou ses femmes comme « rempart » ou « bouclier humain » face au commando américains…Une façon de « tuer » la « légende » du combattant sans peur… D’ailleurs, cette « thèse » a été rapidement évacuée par Washington, tellement elle semblait risible…

Le monde Occidental jubile. Recherché « mort ou vif ». « Justice a été faite ». Les titres de journaux dithyrambiques de Washington s’expliquent par le choc des attentats du 11 septembre 2001, mais pas seulement.

Pour ma part, cette opération, à défaut de preuves solides et vérifiables reste pour l’instant seulement,  une vaste supercherie. Elle aurait comme but de réélire définitivement Barack Obama (même si les américains votent d’abord pour des considérations internes). Le second objectif est de rassurer les américains, car soit Oussama Ben Laden est mort il y a plusieurs années de maladies voir autres (opération américaine ou pakistanaise ?) et par conséquent rien ne semble plus justifier une présence américaine massive dans le bourbier afghan, d’autant plus que l’Irak a épuisé les forces yankees.

Enfin, et là nous entrons dans le champ du surréalisme…Oussama serait bien vivant, il aurait simplement passé un pacte avec Obama, à savoir : « Je ne commets plus d’attentats et je tiens mes « troupes » contre les américains et toi, tu me laisses terminer ma vie tranquille et chacun est gagnant… ». Bon, c’est là aussi tiré par les cheveux, mais elle n’est pas plus surréaliste que la version vendue par Obama et qui depuis  à fait « boum boum » partout dans le monde… Mais le plus consternant reste le suivisme aveugle et ahurissant de la corporation médiatique qui loin de tout esprit critique, semble donner raison à ceux qui pensent, que les médias ne sont nullement un quatrième pouvoir, mais sont avant tout un outil servile, cadenassé et n’ayant comme finalité qu’une information forcément orienté, qui va en direction de « l’Empire »…heureusement que le web et les journalistes indépendants sont là, pour atténuer un peu ce crétinisme béat… Pour conclure avec un peu plus de sagesse, Oussama Ben Laden aura été le meilleur ennemi des américains : justifier la présence américaine dans le Golfe pour ses richesses, avoir un œil sur la Russie et la Chine, en se rapprochant de l’Inde, élargir ses bases militaires dans le Golfe et en Asie du Sud Est, mener une politique liberticide interne, justifier les tortures et les méthodes expéditives au nom de l’intérêt « suprême » de la Nation « menacée » et enfin asseoir sa domination planétaire, face à un adversaire d’une extrême faiblesse, divisée et dirigé de main de maître par des despotes sanguinaires alliés de l’Oncle Sam. Et enfin, peut-être le plus important, ouvrir des nouveaux marchés à l’économie ultra libéralisée pour permettre aux grandes sociétés américaines de se faire en un minimum de temps, un maximum de butin et par ricochet permettre de faire tourner l’économie locale américaine…une histoire de sous…comme le veau d’or !

 

Publié dans actu-infos

Commenter cet article