l'affaire C.Fourest à l'ULB

Publié le par Mouedden

L'affaire Caroline Fourest à l'ULB, février 2012

 

le face à face Souhail Chichah et Caroline Fourest qui n'attend qu'une provocation pour jouer la martyr... au fond à droite, la papesse de la laicité radicale belge, Nadia Geerts à l'affût avec son appareil photo et ravie d'avoir écrit un torchon sur son blog comme d'habitude, rien à signaler dans la galaxie laicarde largement favorisé par cette action des plus débiles.

 

http://laicard-belge.blogspot.com/2012/02/lulb-poignardee-dans-le-dos.html
 
vidéo de la conférence d'hier soir bazardé par les émules de Chichah et du parti histrion EGALITE, fiers d'une action inepte qui fait le jeu de nos adversaires qui pourront ainsi faire le lien avec T.Ramadan et conforter leurs préjugés sur des "militants" à la pensée proche du degré zéro.


http://www.youtube.com/watch?v=73EfCSRvSE0

 

mes articles sur le sujet :

 

De la censure au lynchage et à la manipulation, il n’y a  qu’un pas !
 

Par Mouedden Mohsin

 


Pour résister à l’ordre établi et aux puissants, il faut pour se faire connaitre en profondeur sa société. Pour déstabiliser une société conservatrice qui reste persuadée de détenir la vérité, la raison et la morale, il faut de l’intelligence, de la discipline et des stratégies.

L’action pour ma part inepte perpétrée contre, Caroline Fourest considéré par Pascal Boniface comme une « sérial menteuse », nous a donné l’occasion d’analyser les discours, les propos et les prises de positions des dominants. C’est pour cette raison « qu’action sans conscience n’est que ruine de l’âme », car nos adversaires, qu’ils soient les intégristes de la laïcité, les islamophobes, les ethnocentristes, les sionistes, les intégristes religieux (ce que ne sont pas le groupe de l’ULB ou alors Chemsi Cheref Khan est également un intégriste religieux) et les racistes savent jouer de l’immaturité et de l’amateurisme de ceux qui sont persuadés de poser un acte « courageux » et « salutaire » pour dénoncer les doubles discours du pompier pyromane qu’est Fourest à l’ULB qui a nourri la haine des musulmans en France, mais qui en agissant de la sorte font pour ma part le jeu de nos adversaires.

Car, à lire le Soir et l’édito ahurissant de Beatrice Delvaux, mais aussi les propos surréalistes de Guy Haarsher, du fantasque agent de l’atlantisme américano-marroco-sioniste Claude Moniquet, du Parti Soscialiste qui devrait s’occuper plutôt de Charleroi et de son clientélisme peu éthique, du MR et ses agents doubles (belgo-israélien), du MRAX et de son attitude déplorable sur l’anti-racisme, de maître Uyttendale et de son indignation à géométrie variable, de Caroline Fourest la papesse d’une nouvelle religion des dominants, etc… nous sommes bien dans la posture qui nous révèle la mentalité profonde de ceux qui se prétendent démocrates, mais qui ne le sont très souvent qu’à moitié pour rester correct.

J’en veux pour preuve, le silence sur les dictatures arabes amis, les pétromonarchies intégristes et fascistes amis, l’agonie du peuple palestinien, mais aussi plus près de nous, la censure liée à Tariq Ramadan aujourd’hui mouillé honteusement par Chemsi Cheref Khan le maçonnique et son « amie » Fourest. Je prendrai également un cas vécu, à savoir mon exclusion de la radio Al Manar, avec la complicité du Parti Socialiste pour avoir dénoncé les collusions entre les politiques belges et Israël sur les ventes d’armes pendant le massacre de Gaza, etc…qui étonnement n’ont pas provoqué le tsunami d’indignation que nous connaissons aujourd’hui. Au contraire, radio Judaïca deux jours plus tard, félicita le socialiste et raïs PDG de la station, Ahmed Bouda, tandis que le bourgmestre d’une grande commune socialiste qui avait pourtant tant à dire se taira tout au long de cette période pour protéger les intérêts de ses camarades à quelques mois d’un scrutin qui aura comme conséquence mon renvoi également de mon emploi à Molenbeek.

 

Nous connaissons les méthodes réellement liberticides, les pressions, les intimidations et les injustices, raison d’être ferme, responsable et digne. Là, les médias se taisent dans toutes les langues, ils « se tiennent par les subventions, les collusions et les longues amitiés… ». Il est là, le véritable fascisme, pas au sein de ce groupe plus pour ma part idiot que fascisant.  

Dès lors nous ne croyons PAS à la sincérité des dominants, nous y voyons plutôt une attitude radicale qui surfe sur l’émotion sans rien expliquer avec son flots d’excès puants qui font du meneur de mardi aujourd’hui, un martyr. Seul l’excellent journaliste, ex de la RTBF que j’estimais déjà par le passé, Monsieur Jean Jacques Jespers a eu cette lucidité qui manque tant à la profession en rappelant combien l’ULB n’est pas menacé et combien Fourest indigne les arabo-musulmans depuis des années.
Nous savons que notre société est traversée par des rapports de force, que la liberté tant chéri n’est qu’un leurre, qu’il s’agit d’un combat entre ceux qui détiennent le pouvoir, persuadé de faire partie de la civilisation dominante avec cette arrogante si caractéristique et ceux qui estiment que la civilisation dominante a des aspects positifs mais qu’elle a aussi provoqué l’effroi avec le fascisme, le nazisme, le stalinisme, le colonialisme et la traite négrière transatlantique.

Dès lors, à partir du moment où nous devons mener un combat face aux pseudos-démocrates ou aux demi-démocrates ou aux démocrates à géométrie variable, il s’agit de ne pas faire la moindre erreur qui irrémédiablement se retournera contre ceux qui sur le fond ont mille fois raisons (sur Fourest notamment), mais qui sur la forme vont agir de façon tellement inconsidérée et futile que cela aura comme conséquence d’offrir une tribune inespérée à la « meute médiatique, intellectuelle et politique » pour stigmatiser et adopter un ton inquisitorial que nous voyons fleurir depuis deux jours dans les médias 

Pourtant l’histoire se répète. En 2002, notre pays traversa une période encore plus délicate, avec le lynchage médiatique et politique de Dyab Abou Jahjah, il devenait ainsi l’ennemi public numéro 1 pour avoir dénoncé des vérités,  le racisme de la société de l’après le 11 septembre et le racisme véritable et avéré de la police, etc… Il proposa même des solutions devant l’inertie politique, à savoir surveiller pacifiquement les agissements de certains cowboys de la police anversoise infiltré par l’extrême droite.

Ainsi, les assassinats racistes de musulmans (à Schaerbeek et Anvers) passaient au second plan pour ne retenir que les propos jugés provocants par le monde politique et médiatique belge. Pour ma part, la méthode ET la forme utilisés et aussi important que le combat mené. Il ne s’agit pas d’avoir raison, seul contre tous, encore faut-il arriver à convaincre et à faire évoluer les mentalités.

A l’époque, la stratégie employée par la Ligue Arabe européenne, du « pot de terre contre le pot de fer », eut comme résultat, l’écrasement de la Ligue Arabe Européenne. Pourtant sur le fond et malgré ses provocations stériles et maladroits, ils avaient raisons sur de nombreux points. Idem, en ce qui concerne les Palestiniens, nous le savons, si les pseudos-démocrates étaient réellement des démocrates comme ils le disent aujourd’hui, ils condamneraient la colonisation et l’emprisonnement d’un peuple depuis soixante ans. Dès lors, militer, résister, dénoncer, éduquer, conscientiser ne doit pas rimer avec provoquer inutilement, d’autant plus lorsque vos adversaires vous attendent avec l’artillerie lourde, soigneusement préparée.

Car, la radicalité excessive si elle peut par moment faire bouger les lignes, reste très souvent une méthode risquée, d’autant plus lorsque le rapport de force est si profondément déséquilibré. Voyez en France, ou les groupuscules réellement fascisants, là. Du Bétar et de la Ligue de Défense juive qui n’hésitent pas à bastonner, agresser dans l’impunité la plus totale, des pacifiques ne provoquent aucune réaction politique, médiatique et intellectuelle.

Les vrais fascistes et milices pro-israéliens qui d’après France2 (Envoyé Spécial) s’entraînent au Krav Maga au- dessus d’un commissariat de police, ne posent aucun problème, puisque les victimes seront les « bougnoules », les « nègres », les « musulmans », les européens pro-palestiniens », les « blancs humanistes et réellement démocrates ». C’est dire.
Car il s’agit, ici de nos amis, de nos alliés, de bons fascistes, ceux que les indignés médiatiques d’aujourd’hui hésiteront à dénoncer pour ne pas les froisser.  Les dominants encore et toujours. A côté, le groupe d l’ULB c’est du folklore samba de Rio, pourtant, on a entendu, lu : « fasciste », « intégriste », « attentat » (merci Béatrice, je t’ai toujours trouvé limite, mais là t’es une championne de l’édito), etc…
C’est ce deux poids deux mesures qui créent les frustrations de ces quelques jeunes. Et dans les quartiers populaires. Le meneur irresponsable de cette expédition tragico-humoristique devrait le savoir. La radicalité fait le jeu du pouvoir.

Enfin, pour terminer, et puisqu’il reste une des références de ceux qui ont perturbé la présence de la sérial menteuse, l’œuvre de Malcolm X est des plus intéressante à étudier :
Abandonné dès son enfance, délinquant à l’adolescence, emprisonné, converti, radicalisé à outrance, ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’il prendra conscience d’avoir été instrumentalisé, manipulé par le groupuscule radical d’Elijah Mohamed. Son combat ultra-radical et sincère ne servait nullement les intérêts de la minorité afro-américaine (comme aujourd’hui le combat d’Egalité ne sert nullement les intérêts des dominés), au contraire, il ne servait que les intérêts de la secte et surtout du « white power ».
En quittant la secte des blacks Muslims qui avait des liens avec le FBI, il signait son arrêt de mort. Il devenait ainsi l’ennemi de la secte, mais plus encore, du pouvoir « blanc » qui adore la radicalité, puisqu’il peut aisément jouer avec.

Le groupe trublion de l’ULB devrait poser ses valises, lire, étudier et approfondir ses connaissances, écouter les expériences des plus expérimentés pour afin d’adopter une attitude responsable et intelligente, non par crainte de l’adversaire après tout, nous finirons tous sous terre ou sous mer (ça dépend), mais parce qu’il faut passer du statut « victimaire et de trublion qui fait le jeu de nos adversaires », ou « d’indigène stérile » au statut de responsabilité et de l’intelligence. Ainsi, se remettre en question n’est pas une défaite, mais une victoire, perdre une bataille politique ou médiatique, n’est pas dramatique, si on médite ses erreurs. Mais en sont-ils capables ?  J’ai quelques doutes, mais sait-on jamais, après le chaos vient la lucidité, après la nuit, n’est-ce-pas, vient le jour.

Que ce moment d’égarement servent à former et à éduquer, car nous avons besoin de citoyens  solides, formés, éduqués, instruits et conscients d’avoir une responsabilité, envers ces jeunes, d’autant plus lorsqu’on a eu la chance de terminer ses études. Il ne s’agit pas de flatter les bas instincts de ceux qui sont prêts à s’embarquer dans des combats perdus d’’avance, par « fierté », frustrations, dépit et fatalisme. Les analyses pseudo-savantes de l’action à l’ULB par l’un ou l’autre ne serviront qu’à plus encore vous décrédibiliser.  

Evitons dès lors de faire le jeu de nos adversaires, mêmes si nous les savons fourbes. Adoptons la posture du prophète PBSL, qui lui avait compris que face à ses ennemis, loin de la censure et du combat stérile, il fallait au contraire opposer fermeté, responsabilité et dignité.

 

FIN

 

Ma réponse suite à l'édito de Béatrice Delvaux du journal le Soir.


http://www.lesoir.be/debats/editos/2012-02-09/ulb-un-attentat-contre-la-pensee-896152.php
 
Madame Beatrice Delvaux,
 
J'ai lu avec intérêt votre édito suite à l'action inepte d'hier soir menée par des personnes en manque de sensation.
J'aimerai juste vous faire part de mon sentiment. D'abord je trouve votre édito inutilement virulent.

A mon sens, il ne faut pas donner à cette action anarchiste et inepte, un poids aussi démesuré tant nous avons l'impression à entendre Monsieur Harsher, Fourest et toute la cavalerie que le pays va bientôt basculer dans le fascisme. Il faut savoir garder raison et c'est le rôle d'un média. Normalement.  

J'aurai souhaité que vous nous proposiez une lecture plus profonde. Il serait intéressant pour ma part, et je pense que beaucoup de citoyens sont également de cet avis que vous fassiez plutôt une enquête pour savoir pourquoi Madame Fourest est à ce point contestée par les non musulmans également. 
Sans doute que ses propos, son attitude, ses déclarations depuis des années ont fait le jeu de la laïcité intégriste de Riposte laïque, notamment et de l'extrême droite.

Elle-même aujourd'hui,  consciente d'être débordée par sa droite, semble condamner les lectures trop radicales alors que son discours irresponsable par le passé, ses violentes diatribes envers Monsieur Ramadan et les musulmans ont favorisé une culture islamophobe. Aujourd'hui beaucoup plus nuancée, elle semble jouer les "arbitres de la bonne conscience" alors qu'elle a été un pompier pyromane.

Dès lors, et malgré mon opposition radicale avec l'action d'hier soir que j'ai condamné sur le fond et la forme, car connaissant bien les facilités qu'ont les médias à vampiriser ce type d'événement. Il est beaucoup trop facile pour un média comme le vôtre de surfer sur l'indignation sélective.
 
D'autant plus que votre dernier paragraphe est ambiguë, puisque vous opposez :  "les musulmans aux revendications et à l'identité affirmées" à la laïcité de l'ULB. Alors que de nombreux non musulmans sont insupportés par ses discours. Serait-il possible dès lors de clarifier votre position ? Je pense que la binarité est dangereuse.
 
Je pense que votre édito aurait eu plus de poids si vous auriez eu la même posture lorsque l'ULB, "temple du libre examen" avait interdit à l'intellectuel Tariq Ramadan la possibilité de débattre.
 
Pour ma part, Fourest et Chichah sont les deux faces d'une même pièce, l'une qui truste les tribunes et les médias pour nous plomber avec sa lecture ethnocentriste et laïciste et l'autre, en manque de visibilité médiatique, qui désespérément, tente d'exister en tenant un discours aussi radical et à l'opposé de cette dernière.
 
Et là, ou les médias devraient nous aider à comprendre et à prendre de la hauteur, nous avons depuis 24h, un torrent d'indignations qui finissent par accréditer la thèse, que nous sommes bien in fine, dans une société du deux poids deux mesures.

Dès lors, Madame Fourest devrait remercier Monsieur Chichah pour cette magnifique publicité qui fait d'elle aujourd'hui en Belgique la "victime" parfaite, après avoir pourtant été le pyromane. 
 
Mouedden Mohsin

 

De l’irresponsabilité d’un groupe de farfelus à la manipulation de Caroline Fourest
Ou comment faire le jeu de la laïcité radicale !
 
(une partie de l'article a été publié dans le journal le Soir du vendredi 10 février 2012)

Par Mouedden Mohsin

C’est avec consternation que j’ai pris connaissance comme beaucoup de deux vidéos tournant sur facebook et youtube nous dévoilant une action d’un groupe radical, marginal qui avait pour but de censurer le débat de Caroline Fourest, hier soir à l’ULB pour ses combats islamophobes.

Mettons les choses au clair. Le groupe radical instrumentalisé semble t’-il par le chercheur Souhail Chichah qui n’est pas à sa première provocation et quelques membres du parti radical Egalité n’est aucunement une action défendant les intérêts de la communauté musulmane. Pire, cette action n’a qu’un objectif : « brasser du vent en vue des élections communales qui auront lieu en octobre 2012 ».

 A l’appel du chercheur de l’ULB qui invitait ses émules sur facebook à venir éructer les « burquas blabla », une dizaine de jeunes séduits et instrumentalisés ont dès lors pris le chemin de l’ULB pour en « découdre » avec le symbole de la laïcité radicale en France.

L’action menée est une aubaine pour celle qui pourra ainsi se faire passer pour une victime en rappelant qu’elle combat tous les intégrismes et l’extrême droite. A lire les tribunes offertes à cette dernière et notamment dans le Soir ou elle en profite pour faire un lien odieux entre l’intellectuel Tariq Ramadan, son ennemi de toujours et le groupe d’excités, qui ainsi devient « le bras armé » de l’intellectuel suisse.

Car ne nous y trompons pas. Caroline Fourest est dangereuse, utilisant l’amalgame, le mensonge et la manipulation. Et en tant que telle, on combat ses idées en argumentant, en débusquant son double discours et non en la privant de parole d’autant plus qu’elle pourra aisément passer pour une victime.

Ceux qui lui ont offert cette tribune inespérée sont par conséquent les idiots utiles de l’intégrisme laïc. Madame Fourest reste un danger pour la laïcité, non par son discours qui pourrait sembler consensuel, mais parce qu’elle a été pendant des années, celle qui a allumé les flammes de la haine en France pour stigmatiser les musulmans et l’islam qu’elle amalgame à l’islamisme. Débordée depuis trois ans par sa frange radicale (Riposte Laïque et l’extrême droite, etc…), elle a nuancée son discours depuis qu’elle travaille au journal le Monde et qu’elle est devenue une égérie du combat de la « laïcité contre l’obscurantisme ». Son discours ne trompe personne, récemment elle a fustigé le nouveau président tunisien, le très démocrate et universaliste Moncef Marzouki, lui reprochant d’avoir fait alliance avec le parti islamiste Ennahda et d’avoir ainsi trahit ses valeurs.

Madame Fourest et le groupe radical venu à l’ULB sont les deux faces d’une même pièce. Ils ont besoin l’un de l’autre pour exister.

Cette consternante sortie d’un groupe plus farfelus que dangereux et les instrumentalisations de Madame Fourest sont là pour nous démontrer que la radicalité excessive ou l’on mêle le conflit israélo-palestinien, la laïcité et le sionisme ne sert que les intérêts d’une élite laïciste et de quelques groupes marginaux.
Au contraire, combattre les idées de Madame Fourest sur son terrain, en privilégiant le débat (même déséquilibré), à la censure est un devoir.

Nous ne pouvons pas en même temps reprocher aux ennemis de la liberté d’annuler les conférences de Monsieur Ramadan et en même temps agir de la même façon en ce qui concerne Madame Fourest.
Par conséquent, l’action isolée menée par le petit parti Egalité et Souhail Chichah est une ineptie qui démontre combien le sens des responsabilités manquent cruellement à ceux qui aujourd’hui se considèrent comme le porte-drapeau de la question « palestinienne, de l’islam, de l’anti-racisme et des minorités ».

Ceux qui aujourd’hui pensent rendre service aux musulmans via ce type d’actions, sont à mon sens ses principaux adversaires. Utilisant souvent le discours de feu Malcolm X, certains au sein de ce groupe ferait mieux de relire la biographie et l’histoire de ce grand monsieur.

Le groupe radical ayant sévit à l’ULB ressemble plus à une secte des Blacks Muslims qu’au noble combat du frère Malcolm qui comprit à la fin de sa vie, et c’est une des raisons de son assassinat, combien la radicalité outrancière servait les intérêts du pouvoir blanc. En comprenant cela et en prenant ses distances avec la secte d’Elijah Muhammad, il venait de quitter la posture stérile du radical de service, à celui du musulman responsable et universaliste. Apparemment, les émules de Souhail Chichah n’ont pas encore saisi la subtilité et la pensée profonde du frère Malcolm. En plus d’être irresponsable, le groupe manque apparemment de culture militante.

Publié dans actu-infos

Commenter cet article

Galaad 16/02/2012 13:25

Merci pour la pub ! J'adore me faire traiter de dominant par un bourgeois américanisé à outrance, qui se croit aux Etats-Unis d'Amérique en divisant le peuple en fonction de sa couleur de peau ou
de sa "race". Les dominants ont bien de la chance d'avoir des énergumènes tels que vous, Ramadan ou Souhail Chichah en face d'eux !

P.S.: Votre article est pétri d'ethnocentrisme, c'est assez drôle d'ailleurs.