une finale explosive !

Publié le par Mouedden

Un « mondial » ronronnant mais des 1/4 explosifs !

 

Par Mouedden Mohsin

 

La coupe du monde de football tirera bientôt sa révérence et le bilan est déjà … positif, malgré le bruit infernal des vuvuzélas et le flop de beaucoup de « stars » !

 

Après une première partie d’une coupe du monde ronronnante et ce malgré ici et là quelques beaux matchs de football, nous avons eu quelques surprises du chef : l’éviction de la squadra Azzura, le buzz de l’équipe de France, l’échec de la « Roja » contre la Suisse, une Angleterre méconnaissable et des équipes inconnues qui nous démontrèrent un jeu étonnant qui du « banzaï » Japon à l’Amérique de Bill Clinton ou du Paraguay, voir du Ghana ou de l’Uruguay nous offrirent quelques beaux moments.

 

Cependant ce n’était rien en vue des 1/4 de finale explosifs qui marqueront à jamais ce mondial : les bataves qui font déjouer le Brésil au point de le rendre amorphe. Loin de  son football Samba qui nous enchanta en 1/8 contre le Chili, voir si on remonte le temps ou « ceux qui ont 20 ans ne peuvent pas connaître », du Brasil phénoménal de 82 avec Zico, Eder ou Falcao, de 86 avec Socrates ou encore de Ronaldo en 2002… L’entraîneur brésilien Dunga, ce ex joueur brésilien contre nature qui remporta la coupe du monde en 1994 contre l’Italie a tenu promesse : des artistes vieillissants laissés (Ronaldo, Ronaldinho, Adriano, …) à la maison et un jeu à l’européenne malgré quelques techniciens de haut vol…On regrettera le magnifique défenseur, champion d’Europe avec l’Inter Maicon qui probablement est le meilleur joueur du monde à son poste. On regrettera Robinho ou le jeune Bastos, voir un Kaka timoré.

 

Globalement ce brésil là à déçu ! et du brésil, on attend plus que le beau jeu ou le résultat, on attend du rêve et là chers brésilianos, on a peu rêvé lors de ce mondial ! Ah le brésil de 82 !!!

L’autre 1/4 de finale mettait au prise l’Uruguay contre le Ghana, dernier représentant d’une Afrique en déroute et qui comble de l’ironie ne vit pas la meilleur équipe du continent présente dans les 32, à savoir la redoutable équipe des Pharaons d’un certain ex anderlechtois Ahmed Hassan !

 

Ce match Uruguay – Ghana me laisse un goût d’inachevé, l’équipe de Boateng et Asamoah méritait de passer en demi-finale. Le penalty raté du Ghana en cours du match. Ce sont les tirs au but qui désignèrent l’équipe de Montevideo qui avec ces deux stars planétaires, le génial attaquant Suarez qui sauva son pays de la défaite via ce qu’on appelle déjà la seconde main de « Dieu » (en repoussant le ballon de la main sur la ligne de but) et le déroutant Diego Forlan, fait figure d’épouvantail pour les plus grands défenseurs du monde ! La Céleste a produit du beau football pour une équipe qui a la réputation d’être agressive et parfois même violente. Dommage pour les ghanéens qui sont les dignes représentant du football africain qui de Roger Milla à Mohamed Timoumi ou de Madjer à Fofana ont rehaussé le niveau d’un continent bien tristounet.

Le troisième 1/4 de finale était une finale avant la lettre : l’Allemagne de Klose contre Argentine de Diego Maradona qui marqua toute ma génération, tellement ce joueur fantasque était sublimissime malgré ses frasques qui le rendait parfois si exaspérant et si humain à la fois…

Grosse surprise à la fin du temps réglementaire. Une victoire germanique sans aucune discussion sur un score détonnant de 4-0. La manschaft nous a ré-ga-lé !!! Du football moderne qui va de l’avant avec des joueurs offensifs et intelligents face à une équipe tétanisé ou le pauvre Mési se noya dans le naufrage argentin. Le pire était le visage défait de Diego Maradona qui n’eut pas cette intelligence d’esprit de faire entrer au jeu, le redoutable « Milito », champion d’Europe avec l’Inter, l’excellent joueur de l’atletico Madrid, Aguero ou l’expérimenté Véron ! Mais le plus consternant cher Dieguidito nest-il pas d’avoir laissé le plus grand joueur argentin de ces 10 dernières années au pays : L’interiste Zanetti ??? Incompréhensible à ce niveau ! Pendant ce temps, l’Allemagne sans le rugueux Ballack, se libéra et libéra le plus beau spectacle de cette coupe du monde : 4 buts contre les britishs : Pan, pan, pan, pan !!!! 4 buts contre l’albicete : et rePan, pan, pan, pan !!! Que le football est beau… et que Klose, Muller et les autres sont énormes ! On souhaite bien du plaisir à la Belgique qui devra l’affronter au mois de septembre dans le cadre des championnats d’Europe. Aussi, Pan, pan, pan pan ???!!!

Enfin le dernier 1/4 de finale entre la « Roja » et le paraguay, l’équipe surprise de ces quart de finale nous comblera via un scénario Hitchockien… l’arbitre qui sûrement voulait marquer l’histoire (et pliera bagage illico..) offrira 3 penaltys : un pour Cardozo qui ratera l’immanquable face au « portero » espagnol Cassilas et deux pour les espagnols via le premier penalty marqué, mais refusé par l’arbitre et puis un second, raté cette fois-ci toujours par le même joueur xabi Alonso du Réal Madrid qui crût voir le monde s’écrouler…et qui aurait dû recevoir un 3ème penalty car le gardien avait clairement fait basculer un attaquant espagnol. Ce n’est que dans les dernières minutes d’un match intense que l’extraordinaire joueur du Barca, ex du FC Valencia ouvrit le score dans le rectangle après deux poteaux ! Fou, fou, fou ce Villa !!! Cardozo pouvait pleurer et Ascuncion pouvait fêter ses héros malheureux, le Paraguay c’est du solide !

Les deux prochaines demi-finale verront peut-être : les Pays-bas émergé contre l’Uruguay sans Suarez privé de match suite à son sauvetage héroïque et peu sportif lors du match précédent…Enfin, la « poulpe », la vraie (en Allemagne, elle a désigné tous les vainqueurs mettant au prise les match de l’Allemagne) désigne l’Espagne vainqueur de l’Allemagne, ce qui nous promet un duel entre les deux plus beaux football du continent européen pour un Espana – hollande explosif et nous privera de la finale de 1974 entre l’Allemagne de Gerard Muller et la hollande de Johan Cruyf, à moins que la poulpe ne se soit trompée… mais quoi qu’il en soit, la finale risque d’être chaude, chaude avec un très beau vainqueur ! A moins que l’Uruguay, oui, ce petit pays déjà deux fois champions du monde en 1930 et 1950, car d’après les statistiques, jamais une nation européenne ne remporta la coupe du monde hors du vieux continent, donc…

Commenter cet article